Australie : Des koalas vont être identifiés et surveillés grâce à l'intelligence artificielle

ANIMAUX L’intelligence artificielle devrait être capable de reconnaître chaque individu de l’espèce

20 Minutes avec agences

— 

Un koala (illustration).
Un koala (illustration). — skeeze/Pixabay

En Australie, des chercheurs vont tester un dispositif de « reconnaissance faciale » des koalas afin de mieux connaître et protéger l’espèce. Le projet est né à l’Université de Griffith.

Les chercheurs veulent mettre à profit l’intelligence artificielle (IA) pour reconnaître chaque koala empruntant les passages à faune dans l’Etat du Queensland. Ces passages souterrains et ponts ont été construits sur des routes très fréquentées pour offrir aux  arsupiaux un itinéraire sûr, à l’écart des voitures.

Reconnaître chaque koala distinctement

Les chercheurs espèrent à terme ne plus avoir à se servir des caméras pour savoir quelles espèces empruntent ces passages. « Avec l’IA qui se développe à toute vitesse depuis dix ans, la technologie est suffisamment performante pour reconnaître non seulement les koalas, mais chaque individu de cette espèce », explique Jun Zhou, le professeur en charge de cette étude pilote.

Les chercheurs ont déjà eu recours à des balises d’identification et des GPS pour suivre les koalas. Pour ce projet, ils vont travailler en collaboration avec des associations environnementales pour s’assurer que l’IA distingue bien, à terme, chaque marsupial en fonction de son aspect et de ses mouvements.

Une espèce en grave danger

Ces données permettront de mieux comprendre l’utilisation des passages à faune par les koalas et si ces derniers peuvent aider à prévenir toute collision avec des véhicules. Le projet, financé par le gouvernement, aboutira à l’installation d’une vingtaine de caméras en juillet près de Brisbane.

La population de koalas, victimes du changement climatique, de la perte de leur habitat, des attaques de chiens, des accidents de voiture et de maladies, connaît un déclin spectaculaire. Les immenses incendies de forêt qui ont dévasté en 2019 et 2020 île-continent ont largement contribué à accélérer ce phénomène.