Panama : Un chat convoyait de la drogue près d’une prison, il a été capturé

EL CHAT-PO « Un tissu attaché autour du cou » de l’animal « contenait plusieurs paquets […] de matière végétale et des emballages en plastique transparent avec de la poudre blanche », a expliqué le directeur général du système pénitentiaire

20 Minutes avec agences

— 

Un chat. Illustration.
Un chat. Illustration. — Pexels - PixaBay

Son petit sac en tissu accroché autour de son cou avait attiré l’attention : un chat convoyeur de drogues a été capturé aux abords d’une prison du Panama, ont annoncé ce vendredi les autorités du pays d’Amérique centrale. Ce « narcogato » (chat trafiquant de drogue) comme le nomment les médias panaméens, a été capturé alors qu’il se dirigeait vers l’enceinte de la prison de Nueva Esperanza.

Plus de 1.700 détenus sont entassés dans cette structure située dans la province caribéenne de Colon, à environ 80 kilomètres au nord de la capitale. « L’animal avait un tissu attaché autour du cou qui contenait plusieurs paquets […] de matière végétale et des emballages en plastique transparent avec de la poudre blanche », a expliqué Andrés Gutiérrez, directeur général du système pénitentiaire panaméen.

Cocaïne, crack, marijuana…

« Une enquête a été ouverte sur l’utilisation d’animaux pour le transfert de substances illicites au centre pénitentiaire de Nueva Esperanza », a annoncé le procureur de la province en charge des narcotrafics. Les stupéfiants retrouvés seraient de la cocaïne, du crack et de la marijuana.

Pour les inciter à rentrer dans la prison et faire office de convoyeur de drogue, les animaux sont généralement nourris par les prisonniers, a ajouté M. Rodriguez. Le Panama compte plus de 18.000 détenus dans 23 prisons, dont la plupart sont surpeuplées.

Le chat, un mâle adulte à poil blanc avec des taches rousses, a été remis à une fondation de protection des animaux. Ce n’est pas la première fois que des animaux sont utilisés pour transporter de la drogue dans les cellules. Le « narcogato » avait été précédé au Panama par des tentatives de livraison par des pigeons ramiers. Pays de transit de la cocaïne sud-américaine vers les États-Unis, le Panama a saisi 84 tonnes de différentes drogues en 2020, principalement de la cocaïne, approchant le record de 2019 de 90 tonnes.