Saint-Dizier : « On apporte de la beauté aux gens »... La ville remplace ses panneaux publicitaires par des œuvres d'art

CULTURE Une vingtaine de tableaux ont été sélectionnés à Saint-Dizier, en Haute-Marne, pour cette opération intitulée « La beauté sauvera le monde »

Thibaut Gagnepain
— 
Ici, c'est La naissance de Vénus, de Botticelli, qui est affiché.
Ici, c'est La naissance de Vénus, de Botticelli, qui est affiché. — Ville de Saint-Dizier
  • La ville de Saint-Dizier, en Haute-Marne, a lancé vendredi l’opération « La beauté sauvera le monde ».
  • Le principe ? Que l’art reprenne un peu de place. Une vingtaine de panneaux publicitaires ont été recouverts par des œuvres de Cézanne, Renoir, Klimt, etc.
  • En mai, des « pauses musicales » sont programmées dans les jardins publics, de 17 heures à 18 heures. « Dans certains quartiers, on voudrait réaliser des concerts flashs de dix à douze minutes mais on attend l’autorisation préfectorale », complète encore Quentin Brière auprès de 20 Minutes.

Adieu promotions, bonjour Botticelli, Van Gogh, Cézanne et tous les autres ! Depuis vendredi, Saint-Dizier, en Haute-Marne, a lancé une vaste opération culturelle sur ses panneaux publicitaires. Une cinquantaine a été recouverte d'œuvres d'art avec un slogan revendiqué, « La beauté sauvera le monde ».

« C’est une idée assez personnelle », rembobine Quentin Brière, le jeune maire (31 ans) divers droite de cette ville de 25.000 habitants. « On est parti du constat qu’on se battait pour beaucoup de choses en ce moment, comme la vaccination et je ne le critique pas, mais peut-être pas pour l’essentiel. La beauté ou l’art en font partie mais les musées sont fermés. On a donc voulu apporter ça aux gens et les toucher à des endroits où ils passent. »

La municipalité a donc réservé une trentaine d’espaces en 4x3 et une vingtaine d’autres plus petits où ont été collés une vingtaine de tableaux différents, choisis notamment par le conservateur du musée local. « Certaines me plaisent énormément comme Le Baiser, de Klimt, ou Le déjeuner des canotiers, de Renoir. Ils montrent des scènes qui n’existent plus aujourd’hui car on n’a plus le droit de les reproduire. Ça apporte du baume au cœur et c’est le but dans cette période », ajoute l’édile, élu en 2020.

Et si d’autres maires l’imitaient ?

L’opération va durer environ trois semaines sur les plus petits panneaux publicitaires – dix sur les grands – mais se déclinera d’autres manières ensuite. Les commerçants de la ville distribueront ainsi des posters de ces œuvres d’art « une fois rouverts » et des citations seront affichées sur les vitrines et « écrites sur des trottoirs ». Puis, en mai, des « pauses musicales » sont programmées dans les jardins publics, de 17 heures à 18 heures. « Dans certains quartiers, on voudrait réaliser des concerts flashs de dix à douze minutes mais on attend l’autorisation préfectorale », complète encore Quentin Brière auprès de 20 Minutes.

L’élu assure que les premiers retours sont « unanimement positifs » et que certains de ses confrères auraient déjà émis la possibilité de reproduire l’initiative. « C’est très facile à mettre en place en plus ! Si cette beauté peut nous sortir de cette morosité ambiante et nous rassembler, tant mieux », conclut-il.