Nouvelle-Zélande : Cette ville fête Pâques en organisant une chasse aux lapins

NUISIBLES Entre ce vendredi matin et ce dimanche midi, 11.968 lapins et 555 dindes, opossums et hermines ont été abattus par 25 équipes de 12 chasseurs

20 Minutes avec agence
Illustration d'un lapin.
Illustration d'un lapin. — TLA/WENN.COM/SIPA

Pour Pâques, la ville d’Alexandra (Nouvelle-Zélande) a organisé sa traditionnelle chasse aux lapins. L’évènement a lieu depuis plus de vingt-cinq ans et consiste à abattre des lapins vivants au lieu de chercher des œufs en chocolat, rapporte The Guardian.

Le Lions Club de la commune, à l’origine de cette chasse inattendue, entend ainsi protéger la biodiversité et l’agriculture locales. L’un des objectifs de l’opération est de faire diminuer la population des lapins qui ravagent les cultures. 11.968 de ces animaux ont été tués entre ce vendredi matin et ce dimanche midi par 25 équipes de 12 chasseurs venus de tout le pays.


Une chasse annulée trois années de suite

Les tireurs ont également abattu 555 autres animaux nuisibles dont des dindes, des opossums et des hermines, un « chiffre très respectable » selon l’organisateur de la chasse, Dave Ramsay. Cela n’aura cependant pas un effet visible sur la population des lapins. Ceux-ci sont en effet extrêmement nombreux dans la région depuis leur introduction dans les années 1800.

Selon Dave Ramsay, l’annuelle chasse aux lapins « a une certaine connotation en cette période de fête religieuse tandis que pour les enfants, c’est un moment amusant ». Si certains considèrent cette chasse comme un « genre de destruction de masse », le Néo-Zélandais a expliqué au Guardian que la dernière manifestation contre ce bain de sang remontait 15 ans et a estimé avoir « le soutien total de la communauté ». L’équipe gagnante de l’édition 2021 a abattu à elle seule 1.185 lapins.

L’évènement avait dû être annulé en 2018 pour cause de virus chez ces animaux, l’année suivante à cause des risques d’incendie et en 2020 à cause du coronavirus. Pour sa première édition depuis 2017, la chasse qui dure habituellement 24 heures a été exceptionnellement prolongée.