Insolite : Un fermier algérien tombe sur du pétrole en voulant creuser un puits d’eau

DÉCOUVERTE Un cultivateur comptait creuser un puits artésien de 200 mètres de profondeur pour trouver de l’eau, mais il est tombé sur le liquide visqueux et noir à 90 mètres sous terre

20 Minutes avec agence

— 

Un puits de pétrole (photo d'illustration).
Un puits de pétrole (photo d'illustration). — ALAIN JOCARD / AFP

Un cultivateur a récemment eu la surprise de découvrir à 90 mètres sous le sol un liquide ressemblant fortement à du pétrole sur le terrain de sa ferme. Celle-ci est située à Ouled Rahmoune, dans la région de Constantine (Algérie). L’agriculteur avait initialement procédé à des forages à 200 mètres de profondeur pour tenter de découvrir de l’eau afin d’irriguer ses champs, raconte Tout sur l’Algérie (TSA).

Le coup de chance de l’Algérien a été relayé et abondamment commenté sur les réseaux sociaux. Des chaînes de télévision du pays ont diffusé les images tournées sur place. Celles d’Echourouk news montrent en effet un trou cylindrique creusé par une machine au fond duquel est visible la substance noire et visqueuse. La région du nord-est du pays où se trouve la ferme n’est pourtant pas connue pour abriter des hydrocarbures.

Des analyses devaient être réalisées

La Société nationale pour la recherche, la production, le transport, la transformation, et la commercialisation des hydrocarbures (Sonatrach) a effectué par le passé des opérations de prospection dans le nord du pays. L’objectif de l’entreprise algérienne était de déterminer une éventuelle présence de pétrole ou de gaz. Des spécialistes du groupe devaient venir mardi dernier analyser les gaz et les liquides provenant de la ferme, rapporte Algérie Éco.

Beaucoup d’internautes ont partagé leur joie en découvrant l’histoire de ce fermier. D’autres ont profité de l’occasion pour ironiser sur les agissements du gouvernement algérien. « Le puits reviendra à l’État et lui aura droit à un certificat de bonne citoyenneté », a par exemple commenté l’un d’entre eux. La gendarmerie nationale a dressé un cordon de sécurité autour du site de forage, pour lequel les services agricoles avaient délivré à l’homme une autorisation de puits artésien.