Confinement en Irlande : Un pub reconverti en clinique pour animaux sauvages

PANDÉMIE Rénové, l’ancien débit de boissons accueille désormais cygnes, renards, chèvres et oiseaux blessés ou abandonnés

20 Minutes avec agences

— 

Un pub irlandais (illustration).
Un pub irlandais (illustration). — EvaBergschneider / Pixabay

Depuis mars 2020 et le premier confinement, le pub Tara Na Ri, situé à Navan (Irlande), a fermé ses portes. L’établissement a profité de la pandémie de coronavirus pour se reconvertir et vient de devenir la toute première clinique vétérinaire pour faune sauvage du pays.

A l’intérieur du pub, la salle principale est déserte mais les pièces annexes abritent une vie foisonnante. Ici, on biberonne une chèvre sauvage de deux semaines. Là, des cygnes installent leur nid dans d’anciennes écuries. Ailleurs, un renard se crée un nid dans un enclos et un bénévole soigne une buse blessée.

Un lieu vite adopté par les Irlandais

Depuis ce vendredi, le pub s’est reconverti grâce à l’association Réhabilitation de la faune irlandaise (WRI). « On était habitués à une certaine façon de vivre », a confié James McCarthy, propriétaire du pub depuis plus de dix ans. « Quand on nous l’a enlevée, on s’est retrouvés avec un vide. Il faut un certain temps pour le combler, d’une manière que vous n’auriez jamais crue possible avant ».

« On se prépare à la saison des orphelins », période la plus chargée de l’année, explique le responsable des animaux. « On aura beaucoup d’oisillons et de renardeaux, qui nous occuperont pendant les six prochains mois. »

Dans la culture irlandaise, les pubs occupent une place centrale de la vie sociale. La fermeture du Tara Na Ri, situé dans une zone rurale reculée, avait porté un rude coup à la communauté locale. Mais la toute nouvelle clinique vétérinaire est déjà venue remplacer le pub dans le cœur de certains clients, qui ont aidé à réparer et rénover les locaux. 

Des Irlandais plus soucieux de la nature

L’Irlande recense plus de 4.000 décès dus au Covid-19. Le pays vit actuellement son troisième confinement et présente le taux de contamination par habitant le plus élevé du monde, après avoir traversé les deux premières vagues avec relativement peu de cas et de décès.

Depuis début 2021, les écoles, magasins non essentiels, pubs, restaurants, gymnases et cinémas sont fermés. Les citoyens sont priés de rester chez eux, mis à part pour faire de l’exercice dans un périmètre restreint. Les gens passent ainsi plus de temps dans la nature… et trouvent donc plus d’animaux blessés ou abandonnés.

Une raison supplémentaire d’ouvrir cette clinique dans l’ancien pub de Navan. « La nature a sauvé beaucoup de gens pendant la pandémie », souligne la responsable de la branche éducative de WRI. « Ils sont plus conscients de la vie sauvage et de son existence, et de notre coexistence. »