Roumanie : Un sculpteur connu pour le mauvais goût de ses œuvres poursuivi pour escroquerie

POLEMIQUE EN TOC Rebaptisée « Nudiste avec un chien », la statue installée à Bucarest est aujourd’hui au cœur d’une enquête pour escroquerie visant le sculpteur

20 Minutes avec agences
— 
La sculpture
La sculpture — Daniel MIHAILESCU / AFP

Le scandale des statues de Bucarest (Roumanie) continue. L’artiste Ioan Bolbarea est poursuivi pour escroquerie à hauteur de 18 millions de lei (3,7 millions d’euros), selon la police. Le sculpteur aurait remplacé le bronze de ses sculptures par du vulgaire laiton.

L’artiste aurait ainsi livré onze statues à la capitale roumaine en les faisant passer pour des œuvres en bronze. Or il les a fait façonner en laiton, matériau beaucoup moins cher.

La queue de la louve a révélé la supercherie

L’une de ses statues avait déjà défrayé la chronique en 2012 lors de son installation. L’œuvre, réalisé à partir d’une maquette de l’artiste Vasile Gorduz, représentait l’empereur romain Trajan entièrement nu et tenant maladroitement une louve dans ses bras. Installée sur les marches du musée national d’Histoire, en plein cœur de la capitale, la statue avait provoqué les railleries des habitants.


L’œuvre avait même été rebaptisée « Nudiste avec un chien » par les internautes, ou encore décrite comme une « représentation du centurion Biggus Dickus », en référence aux Monty Python. La queue de la louve avait été volée en 2017, et c’est en faisant restaurer l’œuvre que la mairie a découvert que la statue n’était pas en bronze.