Alsace : Il prévoit la météo de l’année grâce à des oignons

SNIF Ce n’est pas la seule technique de Remy Gullung

Thibaut Gagnepain

— 

Remy Gullung a aussi recours à un baromètre quand il a recours à la technique dite de la "Petite année".
Remy Gullung a aussi recours à un baromètre quand il a recours à la technique dite de la "Petite année". — Remy Gullung
  • Depuis une quinzaine d’années, Remy Gullung, 67 ans, s’adonne à des prévisions météo un peu particulières : la nuit de Noël, il coupe des oignons en deux et dispose du gros sel dessus. Avant de les numéroter de 1 à 12 pour les douze mois de l’année.
  • Pour quel résultat ? Plus l’oignon a rendu d’eau, plus le mois associé sera humide.
  • L’Alsacien a recours à une autre technique pour affiner ses prévisions : celle dite de la « Petite année ».

Le réveillon de Noël n’est pas qu’une veillée de fête chez Remy Gullung. C’est aussi soir de prévisions météorologiques ! Depuis 2006, cet habitant de Hartmannswiller, dans le Haut-Rhin, a recours à… des oignons pour prédire le temps de l’année à venir.

« Mon père en parlait déjà il y a plus de cinquante ans, c’est plus ou moins une tradition de fermiers car ils n’avaient pas de satellite avant », explique-t-il, avant de détailler le procédé. « C’est assez simple : il faut couper six oignons en deux et placer les douze moitiés côte à côte devant une fenêtre la nuit de Nöel. Toutes représenteront un mois, de janvier à gauche à décembre le plus à droite. Vous mettez du gros sel dessus, vous fermez les volets et vous les laissez. Ce n’est qu’après la messe ou la bûche, comme vous voulez, que vous retournerez voir. Plus les oignons auront donné d’eau, plus le mois sera humide. »

« L'autel des oignons » du dernier réveillon de Noël de Remy Gullung.
« L'autel des oignons » du dernier réveillon de Noël de Remy Gullung. - Remy Gullung

Pour 2021, les bulbes n’ont pas été très généreux en janvier, juin, octobre, novembre et décembre, ce qui pourrait mener à des mois secs selon Remy Gullung. A l’inverse, mars, avril, mai et août verraient bien plus d’humidité. « Ce n’est qu’indicatif », précise le retraité de 67 ans, qui utilise également une autre technique pour prévoir la pluie et le beau temps. Celle dite de la « Petite année ».

Cette dernière demande davantage d’efforts. « On doit faire des observations 4 fois par jour, soit toutes les 6 heures, pendant douze jours entre le 26 décembre et le 6 janvier. A chaque jour son mois », détaille l’ancien employé dans une entreprise d’aluminium. A 6h, 12h, 18h et minuit – « si c’est 23 h, c’est pas grave ! » –, il consigne donc, avec son baromètre, « la pression atmosphérique, la température, l’état du ciel et la direction du vent ». Avec des analyses différentes selon les situations.

« On me traite parfois de charlatan »

« Par exemple, s’il y a du brouillard, c’est un signe d’orage. C’était le cas le 4 janvier donc je prévois des risques orageux en octobre. Le 27 décembre, il y avait beaucoup de vent alors je crains des tempêtes au mois de février, peut-être avec des inondations », annonce le prévisionniste, qui partage ses analyses sur sa page Facebook "Monsieur Météo Grand-Est France". L’homme est aussi régulièrement interrogé par de nombreux médias en Alsace.

« J’ai des amis en Haute-Saône, Moselle etc. Certains agriculteurs ne jurent que par moi », assure-t-il, lucide aussi à propos de ses détracteurs. « On me traite parfois de charlatan mais il faut bien savoir que mes prévisions ne remplacent pas celles des institutions comme Météo-France. Je ne prétends rien. »

Pour 2021, il anticipe simplement « une année de rattrapage des déficits en eau
des quatre dernières années [avec] un printemps pourri et un été mitigé marqué par un déficit d’ensoleillement et sans fortes chaleurs. L’automne, variable, sera plutôt sec. » Pour ceux qui auraient dans l’idée de participer aux vendanges en Alsace, vous pouvez déjà poser congé. Ce sera « vers le 13 septembre ».