Écosse : Il brave le confinement, traverse la mer en jet-ski pour rejoindre sa dulcinée et termine en prison

BAD ROMANCE Le jeune homme de 28 ans n’était jamais monté sur un jet-ski avant sa dangereuse traversée

20 Minutes avec agences

— 

Un pilote de jet-ski (illustration).
Un pilote de jet-ski (illustration). — Pixabay

Un Ecossais qui ne supportait pas d’être séparé de sa petite amie a accompli vendredi dernier une traversée de la mer en jet-ski pour la retrouver. Le jeune homme de 28 ans, qui n’avait pas le droit de pénétrer sur l’île de Man en raison des mesures de confinement liées à l’épidémie de Covid-19, a été condamné.

Cet habitant d’Irvin, dans le comté du North Ayrshire, avait rencontré sa dulcinée au mois de septembre dernier. Après 14 jours d’isolement, le couvreur avait accompli un contrat sur le territoire autonome britannique situé en mer d’Irlande et était reparti à la fin de sa mission.

Quatre heures sur une mer déchaînée

Seules les personnes ayant obtenu une autorisation spéciale peuvent pénétrer sur l’île de Man afin d’éviter la propagation du coronavirus sur la terre insulaire. Ce qui n’a pas empêché l’amoureux transi de louer un jet-ski, alors même qu’il n’était jamais monté sur un tel engin.

Le jeune homme avait estimé qu’il lui faudrait 40 minutes pour effectuer la traversée de 40 kilomètres. Il lui avait finalement fallu quatre heures pour braver la mer houleuse. L’Ecossais avait ensuite dû effectuer 24 kilomètres supplémentaires pour rejoindre le domicile de sa petite amie situé à Ramsey.

Des retrouvailles en boîte de nuit

Cette dernière était persuadée que son ami était resté sur l’île ces dernières semaines. Selon la BCC, les deux amants avaient fêté leurs retrouvailles en boîte de nuit le samedi soir. Le lendemain soir, la police était venue arrêter le petit ami.

Ce dernier a été condamné à quatre semaines de prison ferme pour avoir « violé de façon intentionnelle et préméditée » les règles de confinement. Le juge a été insensible à son élan de romantisme. L’avocat de la défense avait pourtant plaidé pour la clémence, son client souffrant de dépression depuis qu’il était séparé de son amoureuse.