Etats-Unis : L'élection de Donald Trump a-t-elle engendré une hausse des crises cardiaques ?

SANTE Une dernière étude montre le lien entre stress et augmentation de problèmes cardiovasculaires en période électorale

Maureen Songne

— 

Quelques jours après les élections de 2016, le taux d’hospitalisations pour des maladies cardiovasculaires en Californie du Sud était 1,62 fois plus élevé que la normale
Quelques jours après les élections de 2016, le taux d’hospitalisations pour des maladies cardiovasculaires en Californie du Sud était 1,62 fois plus élevé que la normale — Wilfredo Lee/AP/SIPA

Les enjeux de l'éléction présidentielle américaine étaient déjà grands, mais outre le destin du politique du pays, la santé des électeurs entre maintenant dans l’équation. Les hospitalisations pour maladie cardiovasculaire - comme un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque – ont presque doublé dans les deux jours suivant l’élection présidentielle de 2016, selon une étude récemment publiée dans une revue scientifique, le Proceedings of the National Academy of Sciences.

« C’est un signal d’alarme pour tous les professionnels de santé, qui nous incite à accorder une plus grande attention aux façons dont le stress lié aux campagnes politiques, à la rhétorique et aux résultats des élections peut directement nuire à la santé », a déclaré David Williams, professeur de santé publique à la Harvard Chan School et coauteur de l’étude.

Une hausse majeure

Celle-ci a été menée par l’école de santé publique de l’Université Harvard et le Kaiser Permanente, une des plus grandes organisations médicales à but non lucratif avec plus de 12 millions de membres aux Etats-Unis et 4,6 millions en Californie, lieu de l’étude. Les résultats indiquent que le taux d’hospitalisations pour des maladies cardiovasculaires en Californie du Sud était 1,62 fois plus élevés dans les deux jours suivant le jour du scrutin 2016 que les mêmes deux jours de la semaine précédant l’élection, rapporte le New York Times.

« Dans notre population diverse de patients qui reflète l’ensemble de la Californie du Sud, nous avons constaté que le risque de crise cardiaque a augmenté après les élections de 2016, indépendamment du sexe, de l’âge et des groupes raciaux/ethniques », a déclaré le chercheur principal de l’étude, Matthew Mefford du Kaiser Permanente.

Combattre le stress

D’autres recherches avaient déjà démontré que des traumatismes tels que des tremblements de terre, des accidents industriels, des attaques terroristes comme celle de Charlie Hebdo, la mort d’êtres chers et même des événements sportifs, pouvaient déclencher des problèmes cardiovasculaires.

En 2016, une étude affirmait aussi que le fait d’être en colère ou bouleversé, comme lors des résultats d’une élection, pouvait augmenter la pression sanguine, le rythme cardiaque et déclencher une crise cardiaque.

Comme l’indique Forbes, la majorité des Américains pensent que le climat politique actuel de leur pays est une grande source de stress, avec une légère variation selon leurs opinions politiques. C’est le cas pour 77 % des démocrates et 62 % des républicains. Pour empêcher que le stress ait un impact négatif sur la santé, Matthew Mefford rappelle que la pratique du yoga, de la méditation et d’exercices de respiration sont recommandés par les soignants.