Singapour : Un magasin propose des fourmis comme animaux de compagnie

INSOLITE C’est le premier magasin de la cité-Etat dédié à la vente de ces insectes

20 Minutes avec agences

— 

Des fourmis en train de transporter un insecte.
Des fourmis en train de transporter un insecte. — ARDEA/MARY EVANS/SIPA

Des fourmis affairées courent dans des boîtes transparentes d’une boutique de Singapour : ce magasin propose des colonies et tout l’équipement nécessaire pour adopter ces insectes à six pattes comme animaux de compagnie. John Ye a ouvert « Just Ants », le premier magasin de la cité-Etat dédié à la vente de ces minuscules hyménoptères, en janvier, transformant une passion à temps partiel en une carrière à plein temps.

Le Singapourien a développé son intérêt pour ces insectes après avoir reçu quelques spécimens en cadeau de son beau-frère. Et il a peu après abandonné son emploi de vendeur d’électronique pour créer son entreprise. L’homme de 41 ans décrit les fourmis comme des animaux « altruistes, doués de compassion » et « d’un esprit combatif ». Il espère que son magasin deviendra un sanctuaire pour d’autres passionnés.

Le magasin vend de l’équipement spécialisé

Le magasin vend des colonies de fourmis et de l’équipement spécialisé, des tubes pour les attraper, des minuscules plats pour la nourriture et même des vers pour les nourrir. Le commerce a dû fermer pendant le confinement qui a suivi l’épidémie de coronavirus, mais a pu rouvrir depuis et les affaires marchent bien.

Il propose une trentaine d’espèces, fournies par d’autres myrmécologues, des spécialistes des fourmis, ou capturées par John Ye et ses amis à Singapour. Attraper ces insectes n’est pas aisé. Ce n’est possible en général que pendant les « vols nuptiaux », quand les nouvelles reines et les mâles ailés s’envolent pour trouver un partenaire.

Une communauté de 4.000 aficionados

La collection de John Ye comprend des dizaines de milliers de fourmis maraudeuses, espèce commune en Asie, dans une grande boîte. La communauté des passionnés de fourmis est encore peu nombreuse à Singapour, mais elle s’agrandit. Un groupe Facebook d’aficionados de ces insectes compte quelque 4.000 membres.

John Ye sait qu’il y a encore du travail à faire pour convaincre ses compatriotes que ces insectes peuvent être des animaux de compagnie et pas seulement des nuisibles. La plupart des Singapouriens pensent que « l’on ne devrait pas élever des fourmis (…) parce qu’elles sont venimeuses, dégoûtantes, qu’elles portent des maladies », observe-t-il.