Allemagne : Une jeune Alsacienne chante Marseille et se révèle dans un télé-crochet

MUSIQUE La jeune fille chante dans un style très particulier, le schlager

Thibaut Gagnepain

— 

Pauline sur la scène d'Europa-Park lors de son deuxième passage.
Pauline sur la scène d'Europa-Park lors de son deuxième passage. — Europa-Park
  • Une Alsacienne de 19 ans, Pauline, a déjà remporté deux manches de l’émission « Immer Wieder Sonntags », un programme de variété diffusé le dimanche matin sur la première chaîne allemande.
  • Pauline chante toujours la même chanson, « Sommer in Marseille », qui évoque une romance dans la capitale des Bouches-du-Rhône.
  • L’artiste a composé ce titre et le chante dans un style particulier, le schlager, qui s’apparente à la musique populaire en Allemagne.

Automoto, Téléfoot… En Allemagne, il n’y a rien de tout ça le dimanche matin sur la première chaîne télévisée. Non, l’été, de 10h à midi, c’est l’heure de Immer Wieder Sonntags sur Das Erste, l’équivalent de TF1 outre-Rhin.

A chaque fois, l’émission attire près d’un million de téléspectateurs qui admirent leurs artistes favoris se produire (en play-back). « Il y en a des très connus qui viennent et d’autres plus récents. C’est comme si Patrick Bruel ou Renaud étaient là », détaille Pauline, qui y participe cette année.

Pauline ? C’est le nom de scène de cette Alsacienne de 19 ans, originaire de Langensoultzbach. Sur la scène d’Europa-Park, où est tourné l’ensemble du programme, la jeune fille prend part à un concours au début de l’émission. Un télécrochet où elle affronte un adversaire, le public choisissant ensuite qui de l’un ou l’autre doit revenir la semaine suivante.

« Ça parle d’une histoire d’amour »

Depuis le 19 juillet, la Française l’a emporté à deux reprises, avec 61 % et 64 % des voix. Sa recette ? Toujours la même chanson, Sommer in Marseille (L'été à Marseille). « Je l’ai écrite, explique la titulaire d’un bac littéraire. Ça parle d’une histoire d’amour en été. Je raconte que je suis seule sur la plage et qu’une romance commence avec un garçon et que je m’en souviendrai. C’est une belle histoire. Pourquoi Marseille ? Car il fallait que ce soit une ville qui parle au public allemand. »

Pas que. Immer Wieder Sonntags est aussi regardé en Suisse, en Autriche et… en Alsace. C’est comme ça que la native d’Haguenau l’a découverte. « Mes grands-parents regardent l’émission depuis toujours et je rêvais d’y participer. » La porte s’est ouverte lors de l’Open air de la Volksmusik à Durrenbach l’été dernier. « Il y avait des artistes allemands connus ce jour-là et un groupe, Die schäfer, m’a un peu pris sous son aile depuis. Ils m’ont trouvé un producteur, une maison de disques… », relate la jeune femme.

Pauline a depuis arrêté ses études. Elle se donne maintenant « deux ans pour commencer la musique ». Et peut-être percer dans un style bien particulier : le schlager. « C’est de la musique populaire allemande sur des thèmes joyeux, positifs, légers, avec des mélodies entraînantes », détaille l’artiste qui peut s’inspirer d’un modèle : Robin Leon. Lui aussi Alsacien, le jeune homme d’Ettendorf avait remporté Immer Wieder Sonntags en 2016, avant de percer dans le secteur.

Pauline lors de son premier passage, avec le présentateur vedette Stefan Mross.
Pauline lors de son premier passage, avec le présentateur vedette Stefan Mross. - Europa-Park

Sa successeur toute désignée est encore loin de tout ça. Il lui reste à remporter quatre émissions et la finale pour aller au bout de son rêve. Et gagner quoi ? « Je n’en ai aucune idée, avoue-t-elle avec un naturel désarmant. J’ai déjà un petit peu plus de notoriété, je me fais plaisir et je côtoie des artistes que j’admire, c’est génial ! » C’est son Sommer in Europa-Park.