Non, un an d'humain n'équivaut pas à 7 années pour un chien, selon une étude

ANIMAUX Cette nouvelle étude démontre que les chiens ne vieillissent pas à un rythme régulier au cours de leur vie

M.S.

— 

A un an, les chiens auraient en réalité 30 ans en "âge humain"
A un an, les chiens auraient en réalité 30 ans en "âge humain" — Geoff Robinson/REX/SIPA

C’est un mythe à la réputation vivace chez les amoureux des chiens. Selon une populaire méthode de calcul, il serait possible d’estimer l’âge « réel » des chiens en le multipliant par sept.

Légende urbaine déjà discréditée en novembre 2019 par une équipe de chercheurs californiens, qui ont mis au point une formule mathématique permettant de comparer les « horloges génétiques » des chiens et des humains, une nouvelle étude vient appuyer cette théorie. Publiée ce jeudi 2 juillet, cette étude menée par une équipe de chercheurs de l’école de médecine de San Diego part du principe que les chiens et les humains ne vieillissent tout simplement pas à la même vitesse.

Trente ans en « âge humain » à… 1 an

Selon un communiqué détaillant les résultats, l’analyse des changements moléculaires dans l’ADN des labradors, montre que les chiens vieillissent à un rythme beaucoup plus rapide que les humains tôt dans leur vie. Ce n’est qu’après avoir atteint la maturité que ce rythme ralentit.

L’étude indique donc qu’un chien d’un an seulement a en réalité 30 ans en « âge humain », à quatre ans on estime qu’il se rapproche de 52 ans, puis que ce rythme de vieillissement ralentit après avoir atteint sept ans, rapporte CNN. « C’est logique quand on y pense, après tout un chien âgé de 9 mois peut avoir des chiots », déclare un des auteurs de l’étude, Trey Idecker, dans un communiqué. « Nous savions déjà que le ratio 1x7 n’était pas une manière précise de mesurer l’âge. »

Même si une méthode de calcul similaire a déjà été appliquée, les chercheurs assurent que c’est la première étude qui est transposable à toutes les races de chien et que leurs observations pourraient aider les vétérinaires à prendre des décisions plus éclairées en termes de diagnostic et de traitement.