Coronavirus : Le nombre d’appels vers des centres antipoison augmente aux Etats-Unis

ETATS-UNIS Cette hausse d'appels serait liée aux remarques de Donald Trump sur l'utilisation de désinfectant comme traitement contre le Covid-19

Maureen Songne

— 

Donald Trump fait le point sur le coronavirus depuis les jardins de la Maison Blanche, le 27 avril 2020.
Donald Trump fait le point sur le coronavirus depuis les jardins de la Maison Blanche, le 27 avril 2020. — Alex Brandon/AP/SIPA

« Ceci est un rappel sur le fait qu’il ne faut en aucun cas s’administrer du produit désinfectant dans le corps par injection, ingestion ou une quelconque autre voie. » Dans un contexte hors-norme, voilà le message que le centre d’urgence de l’État du Maryland a dû publier sur son compte Twitter il y a quatre jours.

Et ce n’est pas le seul dans ce cas-là, plusieurs centres antipoison à travers les Etats-Unis ont signalé une augmentation des appels après que le président Donald Trump a suggéré que l'injection de désinfectant pourrait aider à lutter contre le coronavirus. Bien que les autorités sanitaires aient immédiatement alerté sur le danger de recourir à cette méthode, les appels ont continué.

« Juste pour voir ce qui allait se passer »

Selon ABC, plus de cent appels ont été passés au centre d’urgence du Maryland, concernant des demandes de renseignements sur la possible efficacité d’ingérer du désinfectant pour lutter contre le coronavirus. Au lendemain de la suggestion de Donald Trump, la ville de New York a déclaré que son centre antipoison avait reçu un nombre d’appels plus élevé que la normale. Sur la journée, trente appels ont été reçus. Parmi eux, 9 cas concernaient une exposition à du gel hydroalcoolique, 10 cas concernaient de la javel et 11 concernaient d’autres produits ménagers.

Même situation dans l’Illinois qui a aussi vu une hausse d'appels passés à son centre antipoison. « Il y a eu une augmentation significative des appels à cause d’expositions à des produits nettoyants », a déclaré le 25 avril la directrice du département de la santé publique de l’Illinois, priant les habitants de ne pas ingérer comme traitement au Covid-19 des produits chimiques.

Depuis les spéculations de Donald Trump donc, agences de santé publique, experts médicaux et au moins un fabricant de gel hydroalcoolique ont communiqué en masse sur la dangerosité d’ingérer désinfectants et nettoyants ménagers. Face à cette large condamnation de la communauté médicale, dont certains ont qualifié cette suggestion «d'irresponsable» et de «dangereuse», le président a affirmé vendredi dernier que sa remarque n’était que du sarcasme. « Je posais une question sarcastique aux journalistes comme vous, juste pour voir ce qui allait se passer. »

Hausse depuis janvier

Bien que les remarques de Donald aient certainement participé à l’augmentation des appels vers des centres antipoison, les cas signalés d’exposition et d’ingestion de désinfectants augmentaient déjà avant l'intervention du président. Un rapport publié la semaine dernière par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) indique que les cas d’exposition aux produits nettoyants ont augmenté de 20 % de janvier à mars 2020 par rapport à la même période l’année dernière.

Le CDC note que la hausse des appels a commencé début mars mais avertit qu’il n’est pas possible de prouver un « lien certain entre les expositions et les efforts de nettoyage du COVID-19 ».

« Bien qu’une association de cause à effet ne puisse être démontrée, le contexte de ces expositions correspondait à une couverture médiatique accrue de la pandémie de COVID-19, à des rapports faisant état d’une pénurie de produits de nettoyage chez les consommateurs et au début du confinement », indique le rapport.