Coronavirus : Pour les plus fortunés, les conciergeries gardent « une place très importante » pendant le confinement

CONFINEMENT Obligée de se confiner comme le reste des Français, la clientèle haut de gamme a encore recours aux conciergeries privées

Maureen Songne

— 

Un immeuble de Neuilly-sur-Seine, ville la plus riche de France (illustration)
Un immeuble de Neuilly-sur-Seine, ville la plus riche de France (illustration) — STEVENS FREDERIC/SIPA

Pour les conciergeries haut de gamme, le quotidien se résume à satisfaire les moindres besoins de leur clientèle huppée. Trouver une table à la dernière minute dans un restaurant étoilé ou louer un jet pour partir en vacances de rêves, un grand nombre d’activités ne sont désormais plus disponibles en raison des mesures de confinement prises un peu partout dans le monde.

Les conséquences de ce confinement sont loin de toucher tout le monde de la même manière, mais les plus privilégiés ont aussi dû s’adapter. Avec la fin du recours aux employés de maison pour la majorité, la (re) découverte d’une vie plus simple nécessite des ajustements. Avec l’aide des conciergeries tout de même, qui ne sont plus autant sollicitées qu’auparavant et dont les requêtes des clients sont d’une nature différente, restrictions de déplacement et fermeture des commerces obligent.

Premier « changement radical » donc, apprendre à se débrouiller seul. « Une immense partie d’entre eux ont renvoyé les employés chez eux » explique Jérémy Vosse, PDG de Premium Conciergerie, une des conciergeries haut de gamme française les plus importantes. « Ils doivent être vigilants pour leurs familles mais aussi pour leurs collaborateurs. »

Découverte de la cuisine

Pour l’immense majorité des clients donc, plus de plats gastronomiques préparés par un chef. Changement d’ambiance pour une clientèle composée en grosse majorité de sportifs et dont 95 % d’entre eux sont des hommes. Pour eux, se retrouver sans chef en mesure de leur préparer un repas respectant leur régime alimentaire peut représenter un challenge. « Quand on parle des joueurs de foot, qui sont en général des hommes très jeunes, c’est vrai qu’ils cuisinent des choses assez basiques. »

Au niveau nutritionnel donc, il n’était pas question de les laisser continuer à « manger des pâtes pendant un mois ». Grâce au réseau de diététiciens mobilisé par la conciergerie, il a ainsi pu être communiqué aux sportifs des recettes simples qu’ils pouvaient cuisiner eux-mêmes. « On leur dit de prendre du blanc de poulet par exemple, ça cuit en trente secondes à la poêle ! Nous les conseillons aussi pour ça. »

La série « Validé » validée

Privés d’entraînement et de compétitions sportives, on leur conseille même des divertissements : « On leur a conseillé de suivre les dernières saisons de la Casa de Papel et Ozark, mais la série qui a eu le plus de succès c’est de loin Validé ! »

« On fait leurs courses, on les conseille, on est très proches de nos membres, intimes » indique Jérémy Vosse. « On sait tout d’eux, mais nous savons aussi où est notre place. »

Même son de cloche chez John Paul, autre conciergerie française leader sur le marché. En temps normal, leur rôle est de « satisfaire le quotidien et créer des moments de magie », explique le chef d’entreprise Olivier Larigaldie. Aujourd’hui, les requêtes des clients continuent et s’adaptent, loin d’être au point mort à cause du coronavirus. « Avant-hier, on a du faire livrer un énorme bouquet de roses rouges avec au milieu une rose blanche pour une demande en mariage. »

D’envergure internationale, l’entreprise a aussi fourni une aide à ses clients affectés par le coronavirus, comme en assurant les rapatriements de leurs enfants qui séjournaient à l’étranger.

Des clients contaminés

Fortuné ou démuni, le virus ne discrimine pas. Avec une longue liste de footballeurs qui ont annoncé publiquement être touchés par le virus (Blaise Matuidi, Paolo Dybala, Daniel Rugani…), Premium Conciergerie a aussi eu son lot de situations difficiles à gérer, bien que les noms des membres restent strictement confidentiels.

« On a vécu des moments compliqués avec l’épidémie du Covid-19, certains clients sont tombés malades alors on a dû les accompagner pour trouver des médecins, trouver des places en hôpital public comme en privé. Plus tragique, on a dû assister nos clients lors d’obsèques » relate Jérémy Vosse, dont certains clients ont perdu des proches.

Pour l’heure, aucune des entreprises n’a annoncé être en difficulté économique bien que le chiffre d’affaires soit en « chute libre ». Aucune inquiétude à l’horizon pour Jérémy Vosse : « Pour le moment je relativise et j’aide mes collaborateurs et mes clients à relativiser sur la situation actuelle, on va retrouver des jours meilleurs. »