Coronavirus : L’Etat de New York va faire produire du gel hydroalcoolique par des détenus

ETATS-UNIS Les détenus ne sont pas assurés de pouvoir utiliser le produit

Maureen Songne
— 
Le gel hydroalcoolique est en pénurie aux Etats-Unis
Le gel hydroalcoolique est en pénurie aux Etats-Unis — M.Libert / 20 Minutes

L’annonce a fait l’effet d’une bombe. Alors que l’État de New York n’est touché que depuis une semaine par le coronavirus, les autorités ont choisi de faire barrage au Covid 19 d’une manière surprenante : mettre les prisonniers au travail.

Lundi, le gouverneur Andrew M. Cuomo a annoncé lors d’une conférence de presse que l’Etat de New York produirait son propre gel hydroalcoolique. Cela dans le but de combattre la pénurie actuelle mais aussi la forte hausse des prix. Et les objectifs sont grands : produire jusqu’à 378.000 litres de gel chaque semaine pour les distribuer ensuite dans les quartiers affectés par le coronavirus.

Un dollar de l’heure

Lors de la conférence, le gouverneur a mis en avant le coût très bas de production du désinfectant pour les mains : seulement 6 dollars par gallon, soit 3,7 litres. L’ombre au tableau, c’est que ce sont des détenus de l’Etat de New York qui produiront ces gels dans des prisons. Sans même avoir le droit de posséder eux-mêmes du gel hydroalcoolique. Et cela, pour un dollar de l’heure.

Une annonce qui n’a pas manqué de faire réagir des personnalités politiques et des défenseurs des droits des prisonniers qui soulignent les problèmes éthiques que posent cette «solution». Que cela se place du côté de la rémunération des prisonniers, comme des mesures de protections mises en place pour les protéger du coronavirus.

Pas de protections pour les prisonniers

« Gouverneur Cuomo, payez-vous dignement les personnes incarcérées dans des prisons pour leur travail ? Que faites-vous pour vous assurer que ces personnes que vous faites travailler pour nous protéger durant cette pandémie puissent rester saines et sauves ? » dénonce Tiffany Caban sur Twitter, femme politique et avocate.

Les autorités n’ont pour l’instant pas précisé si les prisonniers pourront utiliser les désinfectants, mais comme dans beaucoup d’établissements pénitentiaires aux Etats-Unis, le gel hydroalcoolique est interdit à cause de sa haute teneur en alcool, rappelle le Washington Post.

« Ce n’est rien de moins que de l’esclavage et cela doit s’arrêter », s’est indigné la Legal Aid Society, association de défense des droits des détenus, dans un communiqué appelant à l’instauration du salaire minimum dans les prisons et à l’utilisation de gel hydroalcoolique.

Andrew M. Cuomo, gouverneur démocrate, a tout de même exprimé être en faveur d’une augmentation des salaires des prisonniers. Selon Gothamist, un prisonnier peut toucher au minimum 16 centimes de dollar de l’heure et en moyenne 65 centimes. Pour comparaison, pour les habitants de New York, le salaire minimum varie de 11 à 15 dollars de l’heure selon le quartier.