Au Japon, une application permet de « sortir » avec un samouraï

AMOUR 2.0 Cette application déjà téléchargée des centaines de milliers de fois

Maureen Songne

— 

Une femme jouant à un jeu de simulation romantique ultra populaire, la série d'applications Ikemen
Une femme jouant à un jeu de simulation romantique ultra populaire, la série d'applications Ikemen — Kazuhiro NOGI / AFP

Fatigués des applications de rencontre traditionnelles ? Laissez-vous tenter par cette alternative insolite. Samouraï Love Ballad est une application dans laquelle les joueurs, ou plutôt les joueuses, choisissent un partenaire parmi une sélection d’authentiques seigneurs de guerre datant du XVe au XVIe siècle et qui a su séduire des centaines de milliers d’utilisatrices au Japon, comme dans le reste du monde, rapporte le Japan Times.

En jouant le rôle d’un protagoniste féminin, la joueuse progresse dans l’histoire du jeu en choisissant des actions et des réponses, qui apparaissent sur l’écran sous la forme d’une bulle comme dans un manga. Moyennant la possibilité d’engager une relation avec jusqu’à 10 personnages de samouraï, les joueuses seront toutefois incitées à dépenser de l’argent dans des accessoires en tous genres pour avancer dans le jeu et gagner le cœur de leur samouraï.

Un jeu qui peut devenir coûteux

Un gameplay (la manière dont le jeu se joue) qui rappelle la multitude d’applications de jeux de rôles disponibles sur Apple Store et Google Play, destinés aux jeunes filles. Comme les populaires applications gratuites Episode, Choices ou Covet Fashion, la promesse de vivre une histoire d’amour passionnée, une liaison amoureuse interdite ou d’avoir une vie féerique de jet-setteuse vous est offerte, chapitre après chapitre. Mais sous la condition d’acheter des objets et débloquer des histoires, permettant à la joueuse de continuer à jouir de ses fantaisies numériques. Une lubie qui peut devenir addictive.

Une femme japonaise de 31 ans, joueuse régulière de Samouraï Love Ballad, a par exemple dépensé la somme exorbitante de plusieurs dizaines de milliers de yens en achats complémentaires, soit plus de 80 euros, en une seule journée. Des dépenses qui ne dérangent pas son partenaire, compréhensif. « Mon mari est quelqu’un de gentil. Mon affection pour mon copain virtuel, c’est différent », explique-t-elle au Japan Times.

Voltage, le développeur japonais de Samouraï Love Ballad, a depuis 2006 sorti plus de 100 jeux de simulation sentimentaux dont la plupart sont aussi traduits en anglais pour toucher une audience occidentale, principalement américaine. L’année dernière, l’entreprise a aussi donné la possibilité aux joueuses de se « marier » avec leur samouraï virtuel, sous réserve de frais. « Le profil des joueuses s’étend de femmes occupant un emploi aux femmes au foyer, de la vingtaine à la quarantaine, grâce au fait qu’elles peuvent jouer sans console de jeux », a déclaré le vice président Nanako Higashi.

Disponible partout dans le monde en anglais sur les plateformes de téléchargements mobiles, le développeur a annoncé sur l’Apple Store que plus de 800.000 utilisateurs ont à ce jour téléchargé le jeu.