Allemagne : Les deux bébés pandas nés au zoo de Berlin ont enfin été présentés au public

ANIMAUX Le zoo a prévu une affluence exceptionnelle pour leur présentation au public et a prévu d’ouvrir plus de caisses que d’habitude

20 Minutes avec agences

— 

Les deux bébés pandas du zoo de Berlin, amenés dans leur nouvel enclos par deux soigneurs le 29 janvier 2020 en Allemagne.
Les deux bébés pandas du zoo de Berlin, amenés dans leur nouvel enclos par deux soigneurs le 29 janvier 2020 en Allemagne. — Michael Sohn/AP/SIPA

Deux bébés pandas, nés récemment au zoo de Berlin, ont effectué ce mercredi une « répétition générale » de leur présentation au public devant les médias. Les deux boules de poil doivent être officiellement montrées au public ce jeudi. La direction du zoo s’attend à un pic de visiteurs pour l’occasion.

Meng Xiang («Rêve désiré ») et Meng Yuan («Rêve réalisé »), deux petits mâles, sont nés le 31 août après une insémination artificielle. Surnommés Pit et Paule, ils se sont lancés à la découverte de leur enclos avec leur mère, devant les objectifs des photographes et les caméras de télévision.

La « diplomatie du panda » de Pékin

Dès jeudi, le public pourra également assister à ce mignon spectacle. La direction du zoo, qui s’attend à un pic de visiteurs pour l’occasion, a prévu d’ouvrir davantage de caisses à l’entrée et d’embaucher du personnel de sécurité pour gérer un éventuel bouchon au niveau de l’enclos des pandas.

Les parents de Pit et Paule, Meng Meng («Petit rêve ») et le mâle Jiao Qing («Petit trésor »), sont hébergés au zoo de Berlin depuis juin 2017. Ils sont les seuls animaux de cette espèce visibles en Allemagne. Leur emménagement a constitué un nouvel épisode de la « diplomatie des pandas » instaurée par la Chine pour entretenir de bonnes relations à l’international.

Le zoo de Berlin paie près d’un million de dollars (900.000 euros) par an à la Chine pour les pandas. Selon Pékin, cette somme est réinvestie dans des projets de protection des espèces menacées. Les petits nés à l’étranger partent en général en Chine après trois ou quatre ans, une fois sevrés.