La « Question idiote » des clients d’un restaurant est facturée à près de 30 centimes

ETATS-UNIS Depuis une vingtaine d’années, cette taxe de 38 cents, soit 34 centimes d’euros, peut être ajoutée à la note d’un client à sa demande, dans le Tom’s Diner de Denver

20 Minutes avec agence

— 

Pendant une semaine, notre journaliste a relevé le défi de consommer mieux pour l'environnement. Un ticket de caisse qui n’économise guère le papier. Mais le magasin ne l’imprime qu’à la demande.
Pendant une semaine, notre journaliste a relevé le défi de consommer mieux pour l'environnement. Un ticket de caisse qui n’économise guère le papier. Mais le magasin ne l’imprime qu’à la demande. — C. Quélais / 20 Minutes

Un restaurant, le Tom’s Diner à Denver dans le Colorado (Etats-Unis), ajoute un supplément de 38 cents, soit 34 centimes d’euros, sur la note d’un client pour chaque « question idiote » posée, rapporte le quotidien américain Today. Ce supplément apparaît clairement sur la facture.

me_irl from me_irl

Sur un ticket de caisse publié sur Reddit, après les deux plats facturés au client, la mention « Question stupide » apparaît. « C’était inscrit sur le menu pour faire sourire », explique un ancien cuisinier du Tom’s Diner dans un commentaire sous la photo publiée. Il précise également que « les serveurs n’ajoutent jamais ce supplément à moins qu’un client ne le demande ».

Des clients déçus de ne pas être facturés

Cette taxe, dont le prix a varié au fil des années, apparaît comme un supplément sur le menu depuis plus de 20 ans et fait la particularité de ce restaurant ouvert 24h/24. « Il arrive régulièrement que des clients soient déçus de ne pas être facturés pour avoir posé une question stupide, alors ils en posent une volontairement pour que le serveur l’ajoute ensuite sur la note », précise l’ancien cuisinier.

« La majorité des clients comprend que c’est une blague et quelque chose de ludique », explique de son côté Hunter Landry, gérant du lieu. « Quand nous avons une table amusante qui nous rejoint ou quand ils posent des questions sur cette taxe, c’est toujours amusant de l’ajouter », précise celui qui est aussi le neveu du fondateur du restaurant. « C’est une manière de ne pas se prendre au sérieux », conclut-il.