Angers : Une centaine d'étudiants vont passer une nuit entière à la BU, pyjamas acceptés

NUIT DE LA LECTURE La bibliothèque universitaire Saint-Serge d'Angers propose un événement plutôt insolite, ce samedi

Julie Urbach

— 

La bibliothèque universitaire Saint-Serge à Angers
La bibliothèque universitaire Saint-Serge à Angers — Université d'Angers
  • Samedi, à l'occasion de la Nuit de la lecture, un groupe d'une centaine de personnes sera autorisé à passer la nuit à la bibliothèque universitaire (BU).
  • De 21 heures à 9 heures du matin, de nombreuses animations sont prévues.

Le samedi, ses portes ferment d’habitude à 22h30. Mais à l’occasion de la Nuit de la lecture, la BU Saint-Serge à Angers a pris l’événement au pied de la lettre. Pour la première fois, un petit groupe de 100 personnes sera autorisé, sur inscription, à y passer toute la nuit. « Pas pour y travailler mais pour lire, à voix haute ou en silence, écouter ou partager, pour dormir et rêver aussi », indique la présentation de l'événement, qui devrait afficher complet.

De 21 heures à 9 heures du matin, de nombreuses animations sont prévues pour les étudiants, autorisés à inviter des amis. Plongé dans le noir (lampes de poche conseillées), le lieu proposera des lectures théâtralisées, contes et légendes et autres récits fantastiques ou poèmes. Une « expédition à vélo » est également programmée pour « découvrir les trésors des archives du féminisme » dans l’autre BU.

Il sera également possible de lire dans son coin, ramener ses propres ouvrages, et s’allonger dans des espaces de sommeil, mixtes ou non. Quant au dress code, les pyjamas et robes de chambre sont acceptés « dans le respect de la pudeur de chacun.e. » et il est recommandé d’emporter son duvet. Des boissons chaudes seront servies toute la nuit, les viennoiseries arriveront pour le petit-déj.

Boîte de nuit, animaux…

« La lecture plaisir est encore une dimension peu investie dans les BU, estime Nathalie Clot, la directrice de la BU. L’objectif est d'ouvrir plus et d’ouvrir mieux, d’élargir les horizons. » Une initiative qui nécessite cependant une lourde organisation, avec plusieurs agents de sécurité et sauveteurs secouristes qui assureront une présence toute la nuit. « J’adorerais que cette édition ne soit pas la dernière », avoue Nathalie Clot. Par le passé, la BU d’Angers s’était déjà  transformée en boîte de nuit, le temps d’une soirée. Lors des partiels de décembre dernier, elle a fait venir des chiens et de chats pour déstresser les étudiants à l’aide de la médiation animale.