Tensions Iran-USA : Des Américains reçoivent de faux SMS pour partir combattre l'Iran

FAKE NEWS Des Américains ont reçu des SMS leur indiquant que la conscription pour combattre l’Iran était mise en place. Leur origine reste pour l’instant un mystère

M.S.

— 

L'expéditeur des canulars reste pour l'heure non identifié
L'expéditeur des canulars reste pour l'heure non identifié — Chris Seward/AP/SIPA

La conscription est-elle de retour sur le sol américain ? C’est ce qu’a démenti l’armée dans un communiqué mardi, à la suite d’un canular assez diffusé et crédible pour qu’il en devienne inquiétant.

Plusieurs Américains ont eu la frayeur de leur vie en recevant des SMS leur indiquant qu’ils avaient été contactés en vain par l’armée et qu’ils étaient « éligibles » à la conscription, c’est-à-dire : l’enrôlement dans l’armée en cas de conflit, ce qui n’existe plus aux Etats-Unis qui possèdent comme la France, une armée de métier. Les messages, qui ont été envoyés en plein conflit entre le pays et Téhéran, précisaient aux destinataires de se présenter à l’agence militaire la plus proche pour « un départ immédiat en Iran ».

L’ampleur du canular non déterminée

Des messages entièrement faux, assurent les autorités. Dans son communiqué, le service de recrutement de l’armée américaine (U.S. Army Recruiting Command) indique que « des SMS frauduleux ont circulé dans le pays cette semaine » et a clarifié le fait qu’ils ne proviennent pas d’une instance officielle de l’armée.

Pour l’heure, le nombre de messages diffusés et les destinataires sont inconnus, mais c’est du pays entier que l’armée assure avoir reçu de « multiples appels et e-mails concernant ces faux messages ».

Des menaces de peine de prison

Selon les exemples publiés dans le communiqué de presse, les SMS envoyés n’ont pas le même contenu et étaient adaptés à la localisation des destinataires. Les deux messages utilisés sur l’illustration ont une formulation différente et ciblent des personnes situées en Floride et dans le New Jersey.

Une partie des destinataires a reçu des SMS indiquant leur éligibilité pour la conscription quand l’autre partie a appris être déjà enrôlée. Au moins un message menaçait le destinataire d’une peine de prison de six ans sans réponse de sa part.

« Certains messages comportaient des faux noms prétendant être des recruteurs de l’armée, tandis que d’autres ont utilisé les vrais noms de responsables hiérarchiques. Le personnel de sécurité de l’armée enquête sur l’origine des messages », a déclaré au Washington Post la porte-parole du service de recrutement de l’armée, Kelli Bland.

De nombreuses recherches Google

Concernant l’enrôlement militaire obligatoire, le communiqué précise que le Service de Conscription américain (l’agence fédérale chargée de mettre à jour la base de données d’hommes de 18 à 26 ans qui pourraient être appelés à s’engager dans l’armée en cas de guerre) n’a pas eu recours à la conscription depuis 1973, lors de la guerre du Vietnam.

Ce canular s’inscrit dans un contexte très tendu entre les Etats-Unis et l’Iran, à la suite de l’attaque américaine qui a causé la mort du commandant Qasem Soleimani à Bagdad vendredi dernier.

Les recherches Google pour « conscription », « Selective Service » (système de conscription) et « Iran » ont explosé depuis l’attaque américaine, selon les données de Google Trend. Un jour après les frappes aériennes, le site du service de conscription américain a même crashé après un nombre de visites massif.