Etats-Unis : Il tente de faire couler le restaurant de son ex avec un faux message vocal

FAITS DIVERS Un ex-petit ami amer a décidé de s’en prendre au restaurant de son ancienne copine, sans s’attendre à ce que celui-ci soit encore plus prospère par la suite

M.S.

— 

Un morceau de bœuf cuit au barbecue.
Un morceau de bœuf cuit au barbecue. — N. Bonzom / Maxele Presse

Voilà, une énième histoire d’amour qui tourne au vinaigre. Après avoir testé les meilleures combinaisons de sauces et ingrédients qui composeront la carte avec son copain de l’époque, Linh Lee ouvre en 2015 un restaurant à Lansing, dans le Michigan.

Appelé Capital City BBK, celui-ci sert des spécialités vietnamiennes et barbecue. En présentant son plat phare, qui est un sandwich au porc, le restaurant de Lee apparaît même il y a deux ans sur une très populaire chaîne culinaire dans une émission consacrée aux diners, des cafés-restaurants typiquement américains. Un succès auquel son ex-petit ami, aigri, a essayé de s’attaquer avec un message vocal erroné, rapporte le Washington Post.

Trahison

Leur idylle prend fin après trois ans de relation en juillet dernier. Lee rapporte alors à un journal local que son ex-compagnon a récupéré le numéro de son restaurant et enregistré un message vocal indiquant que celui-ci sera fermé pendant plusieurs mois.

« En raison de vacances, nous prenons un congé prolongé jusqu’au 1er mars. Nous avons hâte de vous retrouver après le 1er mars dans notre restaurant. Bonnes vacances, et merci à vous. » Sauf que c’est absolument faux, selon elle. Après la création de ce message vocal, le chiffre d’affaires du restaurant a chuté.

« Je ne vais pas fermer »

Pour tenter de résoudre le problème, elle a officiellement changé le numéro du restaurant bien qu’il soit encore affiché sur la devanture du restaurant et sur plusieurs sites de réservation comme TripAdvisor. « Je ne vais pas fermer », a-t-elle déclaré au journal local. « Je continue à aller de l’avant ». Lee tente aussi d’alerter sa clientèle sur les réseaux sociaux en publiant mi-décembre un message sur la page Facebook du restaurant.

A l’origine, elle rencontre son ex-petit ami en 2011 et l’engage pour qu’il construise le restaurant, en lui fournissant la somme de 67.000 dollars. Il associe le numéro du restaurant à son entreprise de construction, dont Lee n’a pas connaissance des mots de passe. Bien qu’il clame être copropriétaire du restaurant, elle assure être la seule à y avoir contribué financièrement.

Un succès inattendu

Aujourd’hui, elle indique au journal avoir engagé un avocat pour résoudre le conflit et a pris contact avec les autorités.

Signe encourageant, après avoir été le sujet de plusieurs articles de presse, le restaurant de Lee connaît un succès fou, « pris d’assaut » par des clients, indique le Washington Post.