Canada : Un enseignant déménage en canoë et déduit les frais de ses impôts

BON PLAN John Konecny a conservé les reçus des droits d’entrée des parcs qu’il a traversés et du bois de ses feux de camp comme justificatifs

20 Minutes avec agences

— 

Un professeur canadien a réussi à déduire de ses impôts ses frais de déménagement en canoë (illustration).
Un professeur canadien a réussi à déduire de ses impôts ses frais de déménagement en canoë (illustration). — Pixabay / Pexels

Un professeur canadien a réussi à faire accepter à l’administration fiscale un trajet en canoë qu’il avait déclaré comme frais de déménagement sur sa déclaration d'impôts. Installé dans l’embarcation avec ses affaires, John Konecny avait remonté en juin 2018 le canal Rideau en direction d’Ottawa, la capitale fédérale, où l’attendait un emploi d’été. Son histoire a été relatée ce mardi par la chaîne de télévision publique CBC.

L’administration fiscale face à ses contradictions

Enseignant dans une petite ville près de Toronto pendant l’année scolaire, John Konecny effectuait habituellement ce trajet de plusieurs centaines de kilomètres en train, en avion ou en voiture chaque année pour un contrat temporaire. L’Agence du revenu du Canada (ARC) permet aux Canadiens qui parcourent plus de 40 km afin de déménager pour le travail ou les études de déduire certaines dépenses de leur revenu imposable.

Après avoir vu ses dépenses de transport des années précédentes rejetées par l’administration fiscale, il a décidé de tenter sa chance en essayant de déménager d’une autre manière. Il a donc effectué le trajet en canoë à travers cinq parcs provinciaux le long du canal Rideau, un site classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

En traîneau l’été prochain ?

Tout au long de son trajet, il a gardé les reçus des droits d’entrée des parcs et du bois de ses feux de camp et a présenté une note de près de 1.000 dollars canadiens (685 euros) à l’administration fiscale. La semaine dernière, il a appris que l’ARC avait accepté ses dépenses.

Contactée par l’AFP, l’agence fiscale canadienne n’a pas souhaité s’exprimer sur un « cas spécifique ». Le professeur envisage d’effectuer le prochain trajet en traîneau à chiens, selon la CBC.