Haute-Garonne : Repêché dans une rivière près de Toulouse, le caïman doit trouver un nouveau foyer

WANTED La femelle caïman retrouvée sur les berges de l’Hers, au nord de Toulouse, est prise en charge par l’école vétérinaire de Toulouse. Elle pourrait trouver un nouveau foyer dans le Lot

B.C.

— 

La femelle caïman, repêchée sur les berges de l'Hers, est depuis soignée par la clinique NAC de l'école vétérinaire.
La femelle caïman, repêchée sur les berges de l'Hers, est depuis soignée par la clinique NAC de l'école vétérinaire. — ENVT

De loin, ils l’ont pris pour un bâton qui bougeait. Le morceau de bois était en fait un caïman à lunettes. Quinze jours après avoir été repêchée sur les berges de l'Hers, une rivière qui traverse Castelginest, une commune du nord toulousain, cette femelle se refait une santé à l'école vétérinaire de Toulouse.

C’est la clinique spécialisée dans les « nouveaux animaux de compagnie » (NAC) qui prend soin du reptile d’un mètre de long et pesant 3,5 kg. N’ayant aucune information sur son passé, ses propriétaires ne s’étant toujours pas manifesté, Guillaume Le Loc’h, vétérinaire en charge des soins a estimé qu’elle avait entre 3 et 5 ans.

Reste à trouver à cette orpheline un point de chute. Contrairement à d’autres animaux sauvages, comme ce fut le cas récemment pour un Milan noir, impossible de relâcher dans la nature l’alligatoridé.

Point de chute dans le Lot

L’école vétérinaire, qui chaque année s’occupe de plus de 2.000 animaux sauvages ou de type NAC, n’a pas vocation à garder la femelle caïman. Elle doit de fait trouver une personne détentrice d’un certificat de capacité. Selon Guillaume Le Loc’h, un hôte potentiel aurait été trouvé dans le département du Lot.