Royaume-Uni : Une effigie du président de la Chambre des communes, accusé d’être anti-Brexit, sera brûlée ce samedi

FEU DE JOIE Le « speaker » est accusé par les partisans du Brexit d’avoir des positions trop en faveur de l’Union européenne

20 Minutes avec agences

— 

Le président de la Chambre des communes, John Bercow.
Le président de la Chambre des communes, John Bercow. — House of Commons/AP/SIPA

Le président de la Chambre des communes du Royaume-Uni sera brûlé ce samedi. Une effigie de John Bercow, accusé d’avoir eu un « comportement controversé » cette année pendant les débats sur le Brexit, sera brûlée lors de la traditionnelle nuit du feu de joie à Edenbridge, au sud de l’Angleterre.

L’Edenbridge Bonfire Society a annoncé ce mercredi avoir jeté son dévolu sur le « speaker » de la Chambre basse du Parlement britannique. Son effigie, haute de 11 mètres, tient dans ses mains les têtes du Premier ministre Boris Johnson et du chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn.

Démission après dix ans d'« Order »

L’homme de 56 ans dirige depuis dix ans les débats à coups de rappels à l’ordre tonitruants (« Order ! ») et de répliques truculentes. Ses décisions ont souvent été critiquées par les partisans de la sortie de l’Union européenne, qui l’accusent d’être anti-Brexit. John Bercow a décidé de quitter ses fonctions ce jeudi. Certains députés l’ont appelé à rester jusqu’à la dissolution du Parlement, prévue la semaine prochaine.

La nuit du « Bonfire » marque chaque année l’échec d’une conspiration de catholiques anglais pour tuer le roi protestant Jacques 1er et faire exploser le Parlement, le 5 novembre 1605. Elle est célébrée avec des feux de joie et des feux d’artifice. Edenbridge se distingue depuis plus de 20 ans en brûlant les effigies de personnalités. Les années précédentes, Boris Johnson, Harvey Weinstein, Donald Trump et Saddam Hussein ont eu droit à cet « honneur ».