Exploration : Victor Vescovo, l'aventurier américain qui a parcouru les abysses de tous les océans

PLANÈTE Atteignant jusqu’à 10.000 mètres de profondeur, c’est le premier homme à réussir cet exploit, qui lui a permis de faire de nombreuses découvertes

M.S.

— 

Illustration: Un plongeur explore l'épave d'un avion de la Seconde guerre mondiale près de la Corse.
Illustration: Un plongeur explore l'épave d'un avion de la Seconde guerre mondiale près de la Corse. — Boris HORVAT/AFP

Victor Vescovo n’aura pas navigué  au total 20.000 lieues sous les mers (soit 96.560 kilomètres !), mais avec les dizaines de milliers de kilomètres qu'il a parcourus lors de son épopée, il s'en approche. Une belle consécration pour l'aventurier, devenu riche grâce à des fonds de placement, et inspiré par Jules Verne, qu’il lisait beaucoup lorsqu'il était plus jeune.

L'Américain finit aujourd’hui une expédition qui aura duré 10 mois et durant laquelle il est descendu dans les abysses des océans Pacifique, Indien, Austral, Atlantique et Arctique. La dernière étape de la Five Deeps Expedition a eu lieu le 24 août, quand l’explorateur a atteint le Molloy Deep, dans l’océan Arctique, à 5.550 mètres de profondeur.

De nouvelles espèces découvertes

C’est à bord de l’impressionnant Limiting Factor, un sous-marin de 11 tonnes doté d’une couche en titane de 9 cm d’épaisseur et conçu pour descendre à grande vitesse dans les profondeurs, qu’il tente le pari d’explorer les abysses des océans encore jamais vus par l’Homme. Car bien que l’océan recouvre 70 % de la planète, 95 % de sa surface n’a pas encore été explorée.

« Durant chacune de nos plongées, bien que nous n’y soyons restés que quelques heures, nous avons découvert trois ou quatre espèces, car ces endroits ont été isolés pendant des milliards d’années et aucun humain ne s’y était aventuré pour filmer ou récolter des échantillons. Donc pour nous, c’est extraordinaire », expliquait-il lors d’une conférence Ted en avril 2019, où il a notamment projeté des images encore inédites des profondeurs qu’il a explorées.

L’équipe scientifique de l’expédition a découvert plus de quarante nouvelles espèces et récolté un panel unique d’échantillons d’eau des tréfonds de l’océan à chacune des étapes. Une mesure des profondeurs des océans a aussi été établie, recouvrant 300.000 mètres carrés, la taille de l’Italie, indique la BBC. L’équipe fera don des données récoltées à la Fondation Niponne-GEBCO, une association qui a pour but de cartographier les océans.

Du plastique au fond des océans

En mai dernier, Victor Vescovo avait fait parler de lui en battant le record du monde de plongée sous-marine dans la fosse des Mariannes à -10 928 mètres, la fosse océanique la plus profonde découverte, située au nord-ouest de l’océan Pacifique. Un record jusque-là détenu par le réalisateur d’Avatar et Titanic, James Cameron qui était descendu à bord de son sous-marin le Deep Sea Challenger à -10 908 mètres en 2012.

Plus impressionnant encore que cet exploit technique, ce sont les images de la caméra du sous-marin qui ont inquiété la communauté scientifique. «J'ai vu un objet de contamination humaine au fond de la fosse des Mariannes, mais il était difficile de voir avec précision ce que c'était. Il y avait un "S" écrit dessus, et c'était probablement du plastique, mais nous enquêtons encore », explique Vescovo sur son site.

Contrairement à ce que certains médias ont relayé, dont 20 Minutes, l'aventurier n'a pas retrouvé de sac plastique ou d'emballages de bonbons. Cependant, cet «objet de contamination humaine» est bien une preuve de plus de la pollution alarmante des océans. Ceux-ci contiennent plus de 300 millions de tonnes de plastiques, selon un dernier rapport de l’ONG environnementale WWF.

Après avoir accompli cette expédition, c’est sans surprise que l’aventurier qui a gravi l’Everest et navigué dans les abysses des océans exprime son désir d’aller dans l’espace. « Ce n’est pas un secret, j’ai déjà dit que j’adorerais aller dans l’espace. Je veux dire, qui ne voudrait pas quand on a disposition génétique qui nous pousse à l’exploration ? »