Russie : Le phénomène des demandes en mariage déguisées en raid de police

AMOUR FOU D’anciens membres des forces de l’ordre ont rejoint des agences événementielles organisatrices de ces demandes en mariages très spéciales

Naomi Mackako

— 

Un couple de mariés. Image d'illustartion.
Un couple de mariés. Image d'illustartion. — Tú Anh

Quand un « Les mains en l’air ! » obtient pour réponse « Oui, je le veux »… Ainsi pourrait se résumer une nouvelle tendance en Russie : celle des demandes en mariage musclées. Emotions garanties !

Des agences spécialisées dans l’organisation de demandes en mariage extraordinaires font en effet appellent à de drôles de recrues. Des anciens membres du Spetsnaz (corps d’élite de l’armée russe) proposent leurs services pour rendre plus vrais que nature ces faux raids et saisies policières, qui provoquent des larmes mais finissent par des baisers langoureux entre le fiancé complice et la future mariée secouée.

Une recette qui fonctionne

Masques, fusils d’assaut et même fausse drogue dans laquelle a été dissimulée une bague… Tout est pensé dans les moindres détails pour que la dulcinée tombe dans le panneau et soit terrorisée. Dans la plupart des scénarios, alors que la femme a la tête plaquée contre le capot de la voiture, le futur marié finit par poser un genou au sol et lui demander sa main. Une telle prestation coûte environ 450 euros. « En cinq ans, une seule femme a rejeté la demande d’un client », a déclaré à ABC Sergei Rodkin, à la tête de The Spetsnaz Show, l’une des plus grandes entreprises événementielles du pays, basée à Saint-Pétersbourg.

« La montée en puissance de sociétés comme Spetsnaz Show découle davantage de la peur collective que du désir de s’amuser », a déclaré la psychologue Polina Soldatova auprès de BBC Russia. Une crainte légitime quand on tient compte du coup monté dont a été victime le journaliste Igor Golounov, arrêté à tort puis libéré en juin dernier. Des policiers avaient reconnu que les photos rendues publiques qui suggéraient que le journaliste avait d’importantes quantités de drogue à son domicile étaient fausses. « Les gens ont besoin de cela pour se réconcilier avec la réalité. Cela se transforme en une blague », a déclaré la psychologue.

Pour étouffer le malaise et la méfiance envers la police, certains Russes ont donc décidé d’en rire.