Royaume-Uni: L’ancienne enseignante de 71 ans taguait des messages anti-Brexit depuis 2016

FLAGRANT DELIT Hazel Jones, ancienne enseignante à Wakefield, a reconnu avoir inscrit sur les murs une centaine de tags depuis le référendum sur le Brexit

20 Minutes avec agence

— 

Des dizaines de milliers de personnes manifestent à Londres pour demander un nouveau vote sur le Brexit, le 23 juin 2018.
Des dizaines de milliers de personnes manifestent à Londres pour demander un nouveau vote sur le Brexit, le 23 juin 2018. — DHF/ZDS/WENN.COM/SIPA

Ancienne enseignante, 71 ans, et… Serial tagueuse. Hazel Jones, une femme originaire de Wakefield dans le Yorkshire (Royaume-Uni), est une farouche opposante au Brexit. Et pour faire passer ses idées, la septuagénaire n’hésitez pas à taguer les murs de la ville : « Le Brexit est basé sur des mensonges, rejetez-le », disait l’un de ses graffitis.

Sauf que la retraitée s’est fait prendre la main dans le sac. Un badaud l’a en effet filmé en train de griffonner. Sur la vidéo, repérée par le HuffPost, Hazel Jones sort une craie blanche de son sac, écrit son tag et repart tranquillement en marchant avec sa canne.

Une centaine de tags depuis 2016

Dans une interview accordée au Times ce samedi, la Britannique a affirmé avoir fait plus d’une centaine de tags depuis 2016. Selon elle, il ne s’agit pas d’un acte de délinquance puisque ses écritures à la craie disparaissent avec la pluie.

 

« Je pense qu’il est très important que les gens soient informés de la catastrophe imminente à laquelle nous serons confrontés si le Brexit se concrétisait », justifie-t-elle. « Si le gouvernement choisit d’imposer délibérément à sa propre population les pénuries de nourriture, les pertes d’emplois et la perturbation des fournitures médicales, il n’a pas vraiment pas à craindre que les vieilles dames le soulignent », explique encore Hazel Jones, qui envisage toutefois d’arrêter ses graffitis par peur d’éventuelles représailles.