Vienne: Des parfums diffusés dans le métro lors d'un test, les usagers votent contre

SNIF SNIF Après un mois de test, les usagers ont voté et rejeté l’odorante initiative

20 Minutes avec agences

— 

Le métro de Vienne (illustration).
Le métro de Vienne (illustration). — OFA/ZOJ/WENN.COM/SIPA

Le métro de Vienne ne sentira pas la rose. La régie des transports de la capitale autrichienne a annoncé ce lundi qu’elle renonçait à diffuser des fragrances dans le métro, la mesure ayant créé la polémique chez les usagers après une période de test.

En juillet, plusieurs parfums ont été diffusés sur deux lignes de métro par la régie Wiener Linien : du citron et du pamplemousse pour « l’énergie », du santal pour « la bonne humeur », de la rose et du melon pour « la relaxation ».

Un métro au succès fou

Mais après un mois de test, le verdict des usagers est tombé : « une majorité s’est prononcée contre » l’initiative, par 21.000 voix contre 16.000 lors d’une consultation en ligne, confirme la municipalité. En réalité, « les Viennoises et les Viennois sont satisfaits de l’odeur du métro », a précisé Wiener Linien.

En 2018, la régie avait imposé l’interdiction de manger dans le métro, de nombreux usagers se plaignant des odeurs régulières de pizza ou de kebab dans les rames. Mondialement réputé pour sa propreté et sa fiabilité, le réseau de transports de Vienne est emprunté par 2,6 millions d’usagers chaque jour.

Près de la moitié du 1,9 million d’habitants de la ville (822.000 usagers) dispose d’une carte de transports annuelle. Les ventes ont notamment flambé après la baisse du prix à 365 euros en 2012. Le nombre de cartes annuelles a ainsi dépassé celui des voitures de la capitale.