Italie: Un ours traverse les barrières de sécurité électriques pour échapper à des gardes forestiers

ANIMAUX  La clôture électrique de 7.000 volts mesure 4 mètres de haut

Naomi Mackako

— 

Un ours. Illustration.
Un ours. Illustration. — Gerd Schaefer

Les gardes forestiers italiens sont à la recherche d’un ours qui aurait échappé à la captivité en escaladant plusieurs clôtures électriques dans la province autonome de Trentin, rapporte The Independent.

L’ours brun baptisé M49 avait été capturé dimanche après avoir été repéré dans les zones habitées. Mais seulement quelques heures après sa capture, l’animal s’est échappé en escaladant les clôtures de sécurité électriques de quatre mètres de haut avant de disparaître dans la forêt. Le collier de géolocalisation de l’ours a été retiré peu après sa capture, il est donc difficile pour les gardes forestiers de retrouver la trace du mammifère.

Un super ours ?

« Si M49 s’approche des zones habitées, le service forestier est autorisé à le tuer », a déclaré Maurizio Fugatti, gouverneur de la région du Trentin. Et de poursuivre : « Le fait que l’ours ait réussi à franchir une clôture électrique avec sept câbles de 7.000 volts montre à quel point il est dangereux. » Sergio Costa, le ministre de l’Environnement a, de son côté, déclaré que la divagation de M49 « ne justifie pas une intervention entraînant la mort ».

« Cet ours est évidemment un génie de l’évasion, doté de superpouvoirs comme un héros de Marvel Comics », a déclaré la Ligue italienne pour l’abolition de la chasse, sceptique. « Evidemment, la structure ne fonctionnait pas correctement, étant donné que les ours ne volent pas », a déclaré dans un communiqué WWF Italie, reprochant aux gardes forestiers leur incompétence.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux utilisateurs soutiennent M49 avec des messages l’encourageant à rester caché et à courir pour échapper à la mort. M49 fait partie d’un projet appelé Life Ursus, qui s’efforce de réintroduire l’ours brun dans les forêts du nord de l’Italie depuis les années 1990 après que la population a été exterminée par des chasseurs, explique le quotidien britannique. La région compte environ 50 ours sauvages.