La police de Nouvelle-Zélande interpelle des manchots dans un stand à sushis

ANIMAUX Les manchots avaient commencé à se faire un nid à l'intérieur du stand

20 Minutes avec AFP

— 

Les deux manchots dans le stand de sushi.
Les deux manchots dans le stand de sushi. — Shawnee Kim/AP/SIPA

Deux manchots pygmées de Nouvelle-Zélande sont entrés par effraction chez un vendeur de sushis de la gare la plus fréquentée de Wellington avant d’être renvoyés dans leur habitat naturel par les forces de l’ordre.

La police a raconté avoir été informée durant le week-end de la présence d’un de ces animaux dans le centre-ville, et l’avoir remis dans les eaux du port.

Les enquêteurs les surnomment les « vagabonds déhanchés »

Mais le manchot est revenu sur les lieux du crime mardi avec un complice. Les « vagabonds déhanchés » comme les ont appelés les enquêteurs avaient commencé à se faire un nid à l’intérieur de ce stand à sushis situé dans la gare de Wellington, au cœur de la ville. Il a fallu les appâter avec du saumon pour les capturer et les renvoyer de nouveau à la mer. Les autorités chargées de la faune sauvage ont également sécurisé le stand à sushis afin de prévenir toute récidive.

D’après Jack Mace, directeur du Département de la protection de la nature, les oiseaux qui entrent dans la saison de reproduction recherchaient un endroit étriqué et sûr « pour ouvrir leur boutique et pondre leurs œufs ». « On a bien des coups de fil pour nous signaler des nids sous les maisons des gens. C’est assez fréquent », a-t-il dit à la chaîne TVNZ. « Mais c’est clair, la gare la plus fréquentée de Wellington, c’est inhabituel ». Pour aller jusqu’à la gare, le couple de manchots a peut-être eu à traverser une autoroute mais il est possible, selon Jack Mace, qu’ils aient réussi à se faufiler dans les canalisations d’eau.

Une espèce en péril

Du haut de leurs 25 centimètres, les petits manchots bleus sont la plus petite espèce de manchots. Ils pèsent environ un kilogramme. L’espèce, qui ne peut pas voler, est considérée comme en péril du fait du développement urbain et de la perte de leur habitat, et des chiens. On les voit assez souvent à Wellington, où leurs colonies se trouvent le long des côtes escarpées ou sur l’île Matiu, près du port de la capitale.