La tradition culinaire britannique a du plomb dans l'aile

GASTRONOMIE Seulement 15 % des 18 à 24 ans apprécient le foie aux oignons, contre 58 % des plus de 55 ans

20 Minutes avec AFP

— 

Un biscuit aux couleurs du drapeau du Royaume-Uni.
Un biscuit aux couleurs du drapeau du Royaume-Uni. — Gil Dekel

Anguilles en gelée, panse de brebis farcie ou pain d’algue : ces délicatesses traditionnelles britanniques ont dégringolé dans la cote d’amour des consommateurs, en particulier les jeunes générations, selon un sondage YouGov.

Avec le pudding à la viande de bœuf et aux rognons, le foie​ aux oignons, le boudin noir et autres spécialités, ils sont désormais rangés dans la catégorie des immangeables («crap »), selon un sondage réalisé auprès de plus de 6.000 personnes paru mardi.

Une différence de goût est surtout générationnelle

L’anguille en gelée, plat typique de l’est londonien, n’est appréciée que de 6 % des consommateurs, et le pain d’algue, spécialité du pays de Galles, par 20 %. Le haggis écossais, ou panse de brebis farcie, ne recueille que 16 % des suffrages. La différence de goût est surtout générationnelle : ainsi seuls 15 % des 18 à 24 ans apprécient le foie aux oignons, contre 58 % des plus de 55 ans.

Tiennent la corde : le Yorkshire pudding, un accompagnement à base de pâte à crêpe, l’inévitable « fish and chips », le sandwich au bacon, le rôti du dimanche ou encore le « breakfast » anglais, avec œuf frit, bacon, haricots et tomate, selon ce sondage.

Les Ecossais ne sont pas d’accord

En revanche, le poulet « tikka masala » ne se classe que dans la moyenne, alors que des mauvaises langues voyaient dans ce plat d’inspiration indienne le summum de la gastronomie britannique. Le sondage a provoqué de vives réactions sur Twitter, d’Ecossais en particulier, froissés de voir leurs plats régionaux, haggis et boudin noir, jugés immangeables. « C’est l’Angleterre qui est nulle ! », a répliqué Limmy. « L’indépendance immédiatement ! », tweetait Michael Gibbons.

Le site culinaire « Great British Chefs » regrettait, lui, la désaffection selon lui imméritée pour le bœuf Wellington et le boudin noir.