VIDEO. Nantes: Askip réunit laverie, café, et galerie d'art dans un même lieu

PRATIQUE Ce nouveau « lieu de vie » a ouvert ses portes au rez-de-chaussée de l’école des Beaux-Arts, sur l’île de Nantes

Julie Urbach

— 

Askip, laverie café galerie à Nantes
Askip, laverie café galerie à Nantes — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Askip, ouvert 6 jours sur 7 et ce depuis quelques semaines, réunit laverie, café et galerie d'arts.
  • Ce lieu, fréquenté pour le moment par une majorité d'étudiants, se veut ouvert à tous.

On ne pensait pas qu’il pouvait se passer autant de choses dans un lavomatic. Depuis un mois, au rez-de-chaussée de l’école des Beaux-Arts de Nantes, c’est une drôle de laverie qui a ouvert ses portes. Appelée Askip, elle propose plusieurs grosses machines, de la lessive à prix libre, un fer à repasser… Mais fait également office de café et de galerie d'art. « Les trois activités sont aussi importantes les unes que les autres, indique Louise Guerraud, cogérante. L’objectif est d’en faire un vrai lieu de vie. »

Dans ce lieu, ouvert 6 jours sur 7 et jusqu’à 22h en semaine, on peut donc s’occuper de son linge tout en buvant un verre ou découvrir une expo, voire se livrer uniquement à l’une des deux dernières activités. Pour le moment majoritairement fréquenté par des étudiants, Askip se veut ouvert à tous. Les fans d’art contemporain s’y sentiront davantage à l’aise puisque côté programmation, « on invite des artistes dont le boulot est pertinent, surtout dans le genre contemporain et si possible jamais vus à Nantes », avance Louise Guerraud. Une nouvelle expo sera proposée cinq à six fois par an.

Au programme du VAN 2019

L’idée d’Askip revient à deux diplômées des Beaux-Arts (Louise Guerraud et Pauline Gompertz) et un artiste graphiste (Jonathan Marinier) qui espéraient d’abord inverser la galerie Dulcie, dans le cadre de l’appel à projets «15 lieux à réinventer». Finalement, l’école des Beaux-Arts a été séduite par leur proposition, qui figurera parmi les étapes du Voyage à Nantes 2019 et propose régulièrement événements ou DJ sets. « J’aime bien venir ici pour travailler ou retrouver des potes, indique Hugo, 20 ans, étudiant à l’école d’architecture. Et pour le linge c’est beaucoup plus pratique car dans le quartier il n’y avait aucune laverie ! »