Elections européennes: Des militants LREM créent un jeu vidéo inspiré de «Super Mario» pour booster la campagne de Nathalie Loiseau

ELECTIONS Dans « Super Jam Bros », la tête de liste LREM doit affronter des « boss » populistes pour récupérer les étoiles du drapeau européen

20 Minutes avec agence

— 

Nathalie Loiseau, tete de liste LREM aux europeennes, institut Sciences Po Lille, le 11 avril 2019. Credit: Sarah ALCALAY / Sipa//ALCALAYSARAH_ALCALAY014249/1904240836/Credit:Sarah Alcalay/SIPA/1904240836
Nathalie Loiseau, tete de liste LREM aux europeennes, institut Sciences Po Lille, le 11 avril 2019. Credit: Sarah ALCALAY / Sipa//ALCALAYSARAH_ALCALAY014249/1904240836/Credit:Sarah Alcalay/SIPA/1904240836 — Sarah Alcalay/SIPA

Les militants La République en marche (LREM) ne manquent pas d’imagination. Pour booster la campagne de Nathalie Loiseau, tête de liste aux élections européennes, le mouvement des Jeunes avec Macron a mis au point un jeu vidéo dont la candidate est l’héroïne, rapporte BFMTV.

Largement inspiré de « Super Mario », le jeu met en scène la tête de liste face à ses opposants « populistes ». Dans « Super Jam Bros », Nathalie Loiseau doit récupérer les 12 étoiles du drapeau européen, qui ont été volées par Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et Donald Trump. Tout un symbole.

Sur les traces de « Fiscal Kombat »

Il a fallu deux mois à la société allemande AdAsGame pour développer le jeu, selon la déléguée en charge de la communication des Jeunes avec Macron, interrogée par BFMTV. Le projet aurait coûté entre 5.000 et 10.000 euros selon les estimations de la chaîne, des chiffres que le parti n’a pas souhaité confirmer. Jugé trop difficile au premier abord, le jeu devrait bénéficier de plusieurs mises à jour pour être plus accessible.

Ce n’est pas la première fois qu’un jeu vidéo est mis au service de la communication politique. En 2017, l’équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon avait lancé « Fiscal Kombat », un jeu vidéo où le leader de la France Insoumise affrontait des ennemis fortunés. Il fallait attraper et secouer ses François Fillon, Nicolas Sarkozy ou encore Pierre Gattaz pour récupérer des sommes d’argent.