Etats-Unis: Le vice-président compare Donald Trump à Martin Luther King et provoque un tollé

OU PAS Trump demande 5,7 milliards de dollars au Congrès pour construire un mur anti-migrants, rendant la comparaison peu évidente…

20 Minutes avec agence

— 

Mike Pence le 17 novembre 2018 en Papouasie Nouvelle-Guinée
Mike Pence le 17 novembre 2018 en Papouasie Nouvelle-Guinée — Mark Schiefelbein/AP/SIPA

Il y a des comparaisons plus pertinentes que d’autres. En pleine commémoration de la mémoire de Martin Luther King, Mike Pence a comparé le combat de Donald Trump pour ériger un mur à la frontière américaine à celui du pasteur afro-américain.

À l’occasion de ce jour férié, il était de bon ton de citer le militant pour les droits civiques des Noirs aux Etats-Unis. Et Mike Pence n’a pas dérogé à la règle. « Une de mes citations préférées de [Martin Luther] King est : ''C’est l’heure de tenir les promesses de la démocratie'' », a-t-il commencé.

Luther King, Trump, même combat ?

« Pensez à la façon dont il a changé l’Amérique. Il nous a inspirés à changer à travers le processus législatif pour devenir une union plus parfaite », a poursuivi le vice-président sur la chaîne CBS ce dimanche. « C’est exactement ce que le président Trump demande au Congrès de faire. »

Mike Pence faisait référence aux efforts entrepris par Donald Trump pour construire un mur de 376 km à la frontière avec le Mexique. Un projet de 5,7 milliards de dollars, que les démocrates refusent d’inscrire au budget – provoquant le « shutdown » qui paralyse le pays depuis un mois.

« Un bâtisseur de ponts, pas de murs »

Les propos du vice-président ont provoqué l’indignation. « Assimiler la contribution d’un des plus grand leader et défenseur des droits civiques américain à un projet égocentrique fondé sur une idéologie raciste est particulièrement indigne », a réagi une élue. Le fils du célèbre pasteur a également réagi : « Martin Luther King était un bâtisseur de ponts, pas de murs. [Il] aurait dit que c’est l’amour, pas la haine, qui peut redonner à l’Amérique sa grandeur. »

Les points communs entre Donald Trump et Martin Luther King ne sont pas apparus flagrants au cours de cette journée de commémoration. Le président américain n’est resté que deux minutes au mémorial du héros des droits civiques à Washington et n’avait préparé aucun discours.