Etats-Unis: Un sans-abri sauve un joueur de football américain

GÉNÉROSITÉ Dave Cochran ignorait que le véhicule piégé dans la neige était celui de Jeff Allen…

Naomi Mackako

— 

L'équipe des Chiefs de Kansas City a affronté les Colts d'Indianapolis samedi 12 janvier au Arrowhead Stadium à Kansas City aux USA.
L'équipe des Chiefs de Kansas City a affronté les Colts d'Indianapolis samedi 12 janvier au Arrowhead Stadium à Kansas City aux USA. — PETER AIKEN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Les Chiefs de Kansas ont gagné contre les Colts d’Indianapolis samedi à Kansas City mais le gardien des vainqueurs, Jeff Allen, aurait pu manquer le match si un bon samaritain n’était pas venu à son secours, rapporte la chaîne locale KSHB.

Venir en aide

La voiture du joueur de football américain s’est retrouvée piégée dans la neige sur l’autoroute 40. C’est Dave Cochrann, un sans-abri qui vit dans un van avec sa compagne et leur chien, qui est venu le libérer du piège. « Ça plaque disait qu’il était originaire du Texas », a déclaré Dave Cochrann. « Je me suis dit que le conducteur ne devait pas être habitué à ce climat et qu’il fallait l’aider ». L’Américain a expliqué qu’il ignorait qu’il avait face à lui un joueur des Chiefs. « Je l’ai traité comme une personne normale et j’espère qu’il aurait fait de même avec moi ».

Après le match, Jeff Allen s’est tourné vers les réseaux sociaux pour tenter de retrouver l’homme qui lui avait donné un coup de main. « J’aimerais lui donner des billets pour le match du championnat de l’AFC pour le remercier de m’avoir aidé mais je n’ai pas les moyens de le contacter. Il conduisait un Black Suburban de 97 ou 98 », a posté le joueur sur Twitter.

Le cœur sur main

Après un nouveau miracle des réseaux sociaux, Jeff et Dave sont finalement entrés en contact. L’homme sans domicile fixe, qui n’a jamais assisté à un match de football de sa vie, a été ravi de ce cadeau. « C’est comme un rêve devenu réalité », s’est-il réjoui. Il a ajouté qu’il n’avait pas aidé Jeff Allen dans l’espoir d’avoir une contrepartie et qu’aider les gens était « naturel » chez lui.