Etats-Unis: Elle met un dragon gonflable sur sa pelouse pour Noël, un voisin l'accuse de démonisme

CHRISTMAS SPIRIT « L’exposition de votre dragon n’est acceptable qu’à Halloween », a écrit un voisin dans une lettre anonyme…

Naomi Mackako

— 

Illustration d'un dragon.
Illustration d'un dragon. — Josch13

Il semblerait que pour certains habitants de la Louisiane (Etats-Unis) le dragon ne soit pas très représentatif de l’esprit de Noël. L’auteure Diana Rowland vient en effet de poster sur Twitter la lettre anonyme que l’un de ses voisins a glissée dans sa boîte. Sur cette dernière, il lui est demandé de retirer le dragon gonflable qui trône fièrement sur sa pelouse. En cette période de fête, la créature légendaire serait, selon l’expéditeur, complètement hors thème.

« Au début, nous le retirions après Halloween, puis nous nous sommes dits : " Pourquoi pas le remettre en place pour Noël, avec un bonnet et des décorations brillantes ?" - tout le monde aimait le dragon », a déclaré Diana Rowland, qui intègre son dragon gigantesque à ses illuminations de Noël depuis quatre ans.

Elle a songé « une nanoseconde » à retirer le dragon de sa propriété

Tout le monde… excepté le mystérieux auteur de la lettre qui soupçonne même Diana Rowland de participer à des rituels obscurs. « C’est totalement inapproprié à Noël. Vos voisins se demandent si vous êtes partisane d’un culte démoniaque », a expliqué le voisin troublé, avant de demander à Dieu de bénir Diana Rowland et de l’aider à « connaître le vrai sens de Noël ».

Sur Twitter, le poste de Diana Rowland est devenu viral. L’Américaine a avoué auprès de Buzzfeed avoir songé « une nanoseconde » à retirer le dragon de sa propriété, avant de se raviser et de répondre à cette "attaque" en… installant d’autres dragons gonflables ornés de halo devant sa maison. La photo des "dragons de la colère" a fait sensation sur Twitter. Et Diana Rowland d’analyser : « Je pense que cette histoire a parlé à beaucoup de gens. On doit être nombreux à avoir de mauvaises expériences avec nos voisins. »

 

via GIPHY