Etats-Unis: Un prisonnier veut envoyer son plan d'évasion à ses complices et il se trompe d'adresse

LA BOULETTE A la suite d'une erreur d’adresse, la lettre qui contenait toutes les instructions en vue de l’évasion a atterri chez un particulier…

20 Minutes avec agence

— 

Un détenu de la prison de Graham avait pour projet de s'évader (illustration).
Un détenu de la prison de Graham avait pour projet de s'évader (illustration). — ANSOTTE/ISOPIX/SIPA

Il suffit parfois d’une toute petite erreur pour faire échouer une tentative d’évasion. Sean Damion Castorina, un détenu du centre de détention de Graham, en Caroline du Nord ( États-Unis) en a récemment fait l’amère expérience.

Ce prisonnier de 43 ans, incarcéré pour homicide volontaire, avait pour projet de faire exploser un mur du centre de détention afin de s’échapper, rapporte samedi 15 décembre le site Buzzfeed News. Son projet a échoué à la suite d'une erreur d’adresse.

Fabrication d’une bombe artisanale

Pour organiser son évasion, Castorina comptait sur l’aide de deux de ses anciens codétenus, âgés respectivement de 23 et 24 ans. Les deux complices avaient été incarcérés pour des peines plus courtes, pour « possession de drogues » et « entrée par effraction ». Ils avaient récemment été libérés.

Au préalable, ils avaient été chargés par Castorina de fabriquer une bombe artisanale ou de se procurer de la dynamite, afin de faire exploser l’un des murs de la prison.

Une grossière erreur d’adresse

Toujours emprisonné, Castorina a rédigé des instructions à l’attention des deux jeunes hommes. La lettre envoyée depuis sa cellule comprenait les plans de la prison et les consignes qui permettraient d’organiser son évasion.

Malheureusement pour lui, il s’est trompé d’adresse en envoyant ce courrier de la plus haute importance. Comme le raconte Slate, la lettre est arrivée chez un habitant de la ville de Graham. Ce dernier a alerté la police, qui a mené l’enquête pour intercepter les trois malfaiteurs.

« Nous aurions pu perdre des employés »

« Nous aurions pu sûrement perdre un détenu, nous aurions pu perdre des employés et nous aurions pu perdre des salariés dans les bâtiments environnants », a déclaré Terry Johnson, shérif du comté d’Alamance, « soulagé » de voir ce projet déjoué.

Castorina devra répondre des faits de « conspiration en vue de commettre un crime », de « fabrication, assemblage et stockage d’engins explosifs » et de « tentative d’évasion ». Quant à ses deux complices, ils devront répondre de l’usage d’engins explosifs et pourraient bien retourner derrière les barreaux.