Sur Twitter, un malheureux jeu de mots impliquant Mariah Carey veut faire libérer un pédophile

#JUSTICEFORGLITTER Avec le mot-dièse « Justice pour Glitter », les fans de la chanteuse Mariah Carey ont ravivé chez les Britanniques le souvenir d’un rockeur qui a défrayé la chronique après des actes pédophiles…

Naomi Mackako

— 

Mariah Carey à Los Angeles le 26 février 2017
Mariah Carey à Los Angeles le 26 février 2017 — Farrell/BFA/Shutterstoc/SIPA

Twitter peut faire des miracles et la chanteuse Mariah Carey peut remercier ses fans… ou pas.

Les admirateurs de la diva américaine ont réussi a faire grimper sur iTunes son albumGlitter sorti en 2001. Les fans ont estimé que l’album de la star avait été minimisé à cause du film homonyme qui n’avait franchement pas déplacé les foules. La croisade virale de l’armée des « Lambily » (c’est le nom de ses supporters) à coups de tweets signés #JusticeForGlitter a porté ses fruits mais du côté des Britanniques, ce hashtag a une résonance beaucoup moins glorieuse.

Un « prédateur sexuel récidiviste »

« Il faudrait peut-être revoir l’utilisation de ce hashtag au Royaume-Uni », a écrit un utilisateur. Et pour cause, Gary Glitter est le nom d’une ex-pop star condamnée en 2015 à 16 ans de prison pour des actes pédophiles sur trois filles mineures entre 1975 et 1980. Les expressions « prédateur sexuel récidiviste » ou encore « Paedo » (diminutif de pédophile en anglais) étaient employées pour le décrire dans la presse britannique.

Les fans de Mariah Carey auront réussi à revaloriser leur album favori cependant, il reste associé (encore une fois !) à une sale et honteuse histoire qui vient assombrir le tableau.