Grande-Bretagne: Il porte plainte contre British Airways après avoir voyagé à côté d'un passager «obèse»

JUSTICE Stephen Prosser a déclaré que son voisin de cabine était « si imposant que sa graisse corporelle » s’est déversée de plusieurs centimètres sur son siège…

Naomi Mackako

— 

Illustration d'un avion de la compagnie aérienne British Airways.
Illustration d'un avion de la compagnie aérienne British Airways. — skeeze

Stephen Prosser, un ingénieur de 51 ans, a prétendu avoir subi un préjudice corporel après s’être assis à côté du passager en surpoids lors d’un vol reliant Bangkok à Londres en janvier 2016, rapporteThe Guardian. Il a porté plainte contre British Airways.

Les avocats de l’ingénieur ont déclaré qu’il avait été « obligé de s’asseoir dans une position inconfortable » pendant les douze heures et quarante minutes de vol. Stephen Prosser a décrit le passager comme « si imposant que sa graisse corporelle » s’était déversée de plusieurs centimètres sur son siège. Les trois mois suivant le voyage, le quinquagénaire aurait souffert de maux douloureux au niveau du bas de la colonne vertébrale. Il aurait à la suite été incapable d’exercer correctement son métier mais aussi contraint d’arrêter le cyclisme en montagne. Il demandait ce jeudi 10.000 livres (environ 11.230 euros) de dommages et intérêts à la compagnie aérienne.

Une description exagérée

Le passager avait été décrit par l’ingénieur comme un homme d’au moins 1,93 mètre pesant près de 140 kilos. Stephen Prosser a dit qu’il lui avait rappelé le défunt joueur de l’union de rugby néo-zélandaise, Jonah Lomu. Le tribunal de Pontypridd, dans le sud du pays de Galles, a déclaré que le plaignant avait exagéré sa description. « Je n’accepte pas la suggestion selon laquelle sa taille était telle que M. Prosser a été contraint de s’asseoir d’une manière inconfortable pendant toute la durée du vol », a déclaré le juge, Andrew Barcello. Le juge a ajouté que Stephen Prosser avait des attentes « irréalistes » quant à l’espace qu’il aurait dû avoir « compte tenu de la classe qu’il a choisie ». Selon le magistrat, il aurait dû demander à changer de place.

Chris McLindon, responsable du service clientèle sur le vol, a déclaré en tant que témoin que le plaignant ne semblait pas gêné au moment des faits et qu’il l’avait même vu « dormir parfois ».

Des oreillers et des couvertures

À la suite du verdict, un porte-parole de British Airways a déclaré : « Nous sommes heureux que la cour ait reconnu que M. Prosser avait la possibilité de voler confortablement. Notre personnel de cabine fera toujours de son mieux pour s’assurer que tous nos clients font bon voyage, et dans ce cas, nous avions fourni des oreillers et des couvertures supplémentaires pour aider M. Prosser à dormir ».