Toulouse: Une drôle de séance où il faut pédaler pour voir le film

INSOLITE A Toulouse, la Maison du vélo propose des projections écolos « à la force du mollet ». Pour voir le film, il faut pédaler…

Helene Menal

— 

La pédale d'un vélo. Illustration.
La pédale d'un vélo. Illustration. — J. Asheford - Future Pu - Rex Sipa

Pas d’effort, pas de film. La Maison du Vélo de Toulouse propose mardi ( à l'Astronef) et mercredi des projections « à la force du mollet ». « Il n’y aura pas de centrale nucléaire au bout de la prise », prévient Alice Pavillet, la responsable du pôle culture. Et pour cause, ce sont les spectateurs qui devront pédaler. Le vélo générateur d’électricité sur lequel les séances vont donc entièrement reposer, a été conçu par l’association Cinécyclo.

Le fameux vélo-dynamo utilisé lors des séances.

Ces projections insolites, qui permettront - si les mollets tiennent - de voir deux documentaires sur la petite reine, s’inscrivent dans le mois de l'Economie sociale et solidaire. Elles ont pour but de faire la promotion des modes doux en ces temps de réchauffement climatique. « L’exercice est plus difficile que sur un vélo ordinaire, il faut déployer davantage d’énergie et c’est un bon message », précise Alice Pavillet.

La Maison du Vélo a déjà testé le concept. Généralement, quand le projectionniste improvisé n’en peut plus, il lève discrètement la main sans perturber la séance. Et un autre spectateur vient prendre le guidon.