Grande-Bretagne: Un lycée interdit le port de sac à dos, un élève apporte ses livres dans un micro-ondes

ECOLE La direction de l’école avance des motifs de sécurité et de santé pour justifier son interdiction…

Naomi Mackako

— 

Illustration d'un four à micro-ondes.
Illustration d'un four à micro-ondes. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Pour des raisons de « santé » et de « sécurité » le lycée Spalding dans le comté du Lincolnshire en Angleterre  a décidé d’interdire à ses élèves le port de sacs à dos, rapporte le Daily Mail. Un jeune adolescent a décidé de protester contre cette décision de manière très surprenante et originale.

Porter les livres à la main

Le lycée a déclaré que « les plus jeunes ont été blessés par des élèves plus âgés qui portent des sacs de plus en plus gros sur leurs épaules ». Pour éviter les accidents dans les couloirs et prévenir des maux de dos, c’est simple : plus de sac à dos. « Des sacs de toute taille peuvent être utilisés pour apporter des livres et du matériel à l’école, mais les sacs ne sont pas autorisés pendant les cours au fil de la journée. Les élèves sont encouragés à porter leurs livres à la main », stipule le nouveau règlement de l’établissement.

A 17 ans, un des élèves a décidé de protester de manière pacifique et avec détermination. D’abord, il a transporté ses manuels scolaires dans un panier d’osier puis pour accentuer davantage la dimension absurde de cette nouvelle règle, il a placé ses livres dans un four à micro-ondes. Afin d’aller jusqu’au bout de son indignation, il a rédigé un texte détaillé de 3.000 mots adressé à son proviseur dans lequel il exprime ses motivations et son désaccord.

Renvoyé deux jours du lycée

Le lycée n’a pas du tout apprécié que le jeune garçon s’oppose de la sorte à sa décision et l’a exclu deux jours. Une autre élève a lancé une pétition en ligne pour que son camarade soit de nouveau admis en cours. La pétition qui a recueilli seulement 463 signatures a été fermée.

La mère du jeune « insurgé » est très admirative face à la détermination de son fils. « Je crois en la liberté d’expression et je suis donc très fière qu’il défende ce en quoi il croit », a-t-elle déclaré.