Vietnam: Les poils d'éléphants utilisés pour fabriquer des bijoux porte-bonheur

ANIMAUX Ce commerce représente une nouvelle menace pour la population d’éléphants en Asie…

20 Minutes avec agences

— 

Un éléphant d'Asie. Image d'illustration.
Un éléphant d'Asie. Image d'illustration. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Nouvelle mode au Vietnam : porter des bijoux ornés de poils d’éléphants, qui apporteraient bonheur et prospérité. Pour ce faire, un lucratif commerce de poils (20 dollars l’unité) a éclos dans le pays. Les pachydermes sont ainsi délestés de leurs poils de queue pour alimenter la production d’accessoires.

Au Vietnam, qui ne compte que 80 éléphants en captivité et une centaine en liberté, la plupart des queues seraient introduites illégalement depuis les pays voisins ou l’Afrique. « La queue est très importante pour leur hygiène corporelle », déplore Dionne Slagter, de l’ONG Animals Asia. « En arrachant les poils qui la recouvrent ou en la coupant, on [les] handicape ».

Plus que 40.000 à 50.000 spécimens à l’état sauvage

Entre déforestation et braconnage, les populations d’éléphants ont drastiquement chuté en Asie. On ne trouverait plus que 40.000 à 50.000 spécimens à l’état sauvage, selon le WWF. Le Vietnam pratique aussi intensivement le commerce illicite de cornes de rhinocéros, d’écailles de pangolin, de dents de tigre ou de bile d’ours.

Dans certaines régions, des minorités ethniques (M’nong et Ede notamment) vénèrent toujours l’éléphant comme un animal sacré. Trouver un de ses poils apporterait chance et prospérité, selon leurs légendes. Mais ils « n’auraient jamais cherché à leur faire du mal » en coupant leurs poils, rappelle une chercheuse spécialisée dans la minorité Ede.