Boutique de l’Elysée: Derrière les mugs, une affaire de fausse porcelaine de Limoges

MUGS ET BUGS Le lancement par l’Elysée d’une boutique de goodies a été précédé d’une surprenante histoire de non-respect de l’appellation « Porcelaine de Limoges »…

N.S.
— 
Les mugs vendus par l'Elysée sont au centre d'un imbroglio.
Les mugs vendus par l'Elysée sont au centre d'un imbroglio. — Boutique de l'Elysée

C’est France Bleu qui révèle l’histoire, presque aussi étonnante que le lancement, vendredi d’une boutique de goodies par l’Elysée. La Présidence a bien failli vendre des mugs estampillés à tort « Porcelaine de Limoges ».

La société choisie, Mug in France, est installée en Dordogne et fait décorer sa production près de Toulouse. Or, depuis le 1er décembre 2017, les porcelainiers de Limoges et de la Haute-Vienne bénéficient d'une Indication Géographique (IG). Celle-ci précise que seule la porcelaine fabriquée et décorée dans ce département peut bénéficier de la prestigieuse appellation.

L’association pour l’IGP s’est rendu compte que Mug in France ne respectait pas les critères et a envoyé une lettre recommandée le 4 septembre à l’entreprise. Laquelle a plaidé la bonne foi et a accepté de ne plus inscrire « Porcelaine de Limoges » sur ses produits.

Des doutes sur le site de production

Seulement, les mugs initialement destinés à l’Elysée étaient déjà fabriqués. La société a donc dû lancer à la hâte une nouvelle production. La boutique évoque simplement un «mug en véritable porcelaine française», vendu 24,90 euros l’unité.

Au-delà du lieu où sont décorés les fameux mugs, des doutes existent sur leur site de production. Aucun membre de l’association IG Porcelaine de Limoges n’a en effet indiqué les avoir fabriqués, selon son président Alain Mouly, alors que Mug in France ne précise pas l’origine exacte de ses produits, indique France Bleu.

>> A lire aussi : Loto du patrimoine, boutique de l'Elysée... L'Etat compte-t-il trop sur vous pour entretenir ses bâtiments?