États-Unis: Une sexagénaire prend un selfie et comprend qu’elle est en train de faire un AVC

SANTÉ Les clichés ont permis à cette Américaine de détecter les symptômes de l’accident vasculaire cérébral qu’elle était en train de vivre…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'un hôpital.
Illustration d'un hôpital. — Fred.Scheiber

Grâce à une série de selfies pris pour changer sa photo de profil sur Facebook, Juanita Branch a sauvé sa propre vie après un accident vasculaire cérébral (AVC) le mois dernier. En observant ses propres photos, l’Américaine de 63 ans a remarqué qu’une moitié de son visage s’affaissait et que sa bouche était tordue.

Le phénomène devenant de plus en plus visible au fur et à mesure des photos, la sexagénaire a reconnu les symptômes d’un AVC et s’est immédiatement rendue à l’hôpital, relate le Macomb Daily, cité par le Miami Herald.

« Elle va très bien »

Aux urgences, les selfies ont une nouvelle fois servi : les médecins ont étudié la date et l’heure de chaque image pour déterminer exactement quand l’AVC avait débuté. Des informations essentielles pour déterminer à quel stade de la crise elle se trouvait, et quel traitement les soignants pouvaient lui administrer.

Hospitalisée plusieurs semaines, la patiente a suivi de nombreuses séances de kinésithérapie. Elle est finalement rentrée chez elle ce mercredi. « Elle va très bien », se félicite son médecin. « Quand on la voit maintenant, comparé à son état quand elle est arrivée, elle va tellement mieux. »

L’intéressée tient, elle, à alerter autour d’elle : « Beaucoup de gens pensent qu’on a mal quand on fait un AVC. Mais non », explique-t-elle. « Quand on détecte les symptômes, il faut immédiatement appeler quelqu’un. »

>> A lire aussi : VIDEO. Journée mondiale des premiers secours: Révisez avec nos vidéos!

>> A lire aussi : Maladies cardiovasculaires: Les rides sur le front, un indicateur de plus grand risque?