Les Macron quittent Brégançon? Pour le patron du bar du coin, «ça ne change pas grand-chose»

PEOPOLITIQUE Robert, patron d’une paillote située tout près du fort de Brégançon, à Bormes-les-Mimosas (Var), nous livre son sentiment sur la fin des vacances du président de la République…

J.S.-M.

— 

Emmanuel et Brigitte Macron mettent fin à leurs vacances à Brégançon.
Emmanuel et Brigitte Macron mettent fin à leurs vacances à Brégançon. — Y. Coatsaliou / AFP

Il règne une ambiance de fin de règne à Brégançon. Emmanuel Macron repart pour Paris. Et, surtout, Robert se demande s’il ne va pas ranger son tablier. Robert, 70 ans, patron d’une paillotte proche de la plage de Brégançon. « J’ai encore la forme, parce que j’ai fait beaucoup de sport dans ma jeunesse, sourit-il… Mais comme tout le monde, je me languis de la retraite ! »

On l’a appelé parce qu’on pensait que le départ d’Emmanuel Macron aurait un sacré impact sur son chiffre d’affaires… Loupé : « ça ne change pas grand-chose ! Mais quand le président est là, j’ai toute une flopée de journalistes dans mon resto. Ils sont très corrects, hein : jamais d’alcool ! Mais bon, il faut bien qu’ils mangent, les pauvres… »

Il faut surtout qu’ils tuent le temps entre les très rares sorties du président auxquelles les médias ont le droit d’assister : son dernier bain de foule remonte à vendredi dernier, après la cérémonie célébrant le 74e anniversaire de la libération de Bormes-les-Mimosas.

Le président de la République « n’est jamais venu boire un coup ou manger une pizza chez moi », soupire Robert, qui se souvient que Nicolas Sarkozy et Carla, eux, avaient passé quelques minutes au comptoir, « il y a quelques années de cela » :

Je comprends le président Macron ! Il n’a pas eu le temps, c’est tout. Il vient là pour se mettre au calme, pas pour avoir encore des bains de foule abominables. Avec tout le boulot qu’il a, sa tête doit parfois être un peu embrumée (sic) ! »

>> A lire aussi : VIDEO. Après l'affaire Benalla, comment Emmanuel Macron veut réformer l'Elysée

>> A lire aussi : Réformes, affaire Benalla, équation budgétaire... Pourquoi la rentrée d'Emmanuel Macron s'annonce (très) compliquée