Nouvelle-Zélande: Une petite fille de 7 ans fait changer un panneau de signalisation sexiste

DISCRIMINATION Dans un courrier, l’enfant dénonçait l’intitulé du panneau, qui excluait les femmes d’un métier…

20 minutes avec agence

— 

L'entreprise NZTA a opté pour une nouvelle formulation sur les panneaux. 
(illustration)
L'entreprise NZTA a opté pour une nouvelle formulation sur les panneaux. (illustration) — Paul Ellis AFP/Archives

Zoe Carew, 7 ans, a fait changer un panneau de signalisation par l’agence publique chargée des réseaux routiers de Nouvelle-Zélande. La petite fille estimait qu’il était trop sexiste, rapporte Ouest-France ce mardi.

Zoe avait remarqué ce panneau pour la première fois en voiture avec son père. Il s’agissait d’un avertissement qui indiquait « Linemen », soit la présence d’hommes chargés de mettre en place ou de réparer les lignes électriques sur la route.

Des panneaux jugés injustes

La fillette a décidé d’envoyer un courrier à Fergus Gammie, directeur général du New Zealand Transport Agency (NZTA) pour lui faire part de ses interrogations. « Je me demandais pourquoi c’était écrit ''hommes'' alors que les femmes peuvent réparer les lignes électriques elles aussi », a-t-elle écrit.

Elle précise que ce n’est pas son projet personnel, mais que « certaines filles veulent peut-être apprendre à s’occuper des lignes électriques ». Elle juge même l’expression « injuste », avant de suggérer l’utilisation du terme neutre « line-workers », (travailleurs).

La maman « fière » de sa fille

La lettre de la petite fille a été prise avec le plus grand sérieux par Fergus Gammie, qui l’a félicitée pour sa remarque. Il lui a cependant expliqué que l’expression suggérée était trop longue. Cela aurait nécessité de changer la taille des panneaux.

Finalement, NZTA a opté pour « line crew » (pour « équipe en charge des lignes »). Caitlin Carew, la mère de Zoe, a publié les lettres sur les réseaux sociaux, soulignant à quel point elle était « fière » de sa fille.

>> A lire aussi : Nouvelle-Zélande: Un congé payé spécifique créé pour les victimes de violences conjugales

>> A lire aussi : Raciste, sexiste, meurtrier... Comment les jeux de société de notre enfance auraient pu faire de nous des ordures