VIDEO. Suède: Une étudiante bloque le décollage d'un avion pour empêcher une expulsion

IMMIGRATION Le personnel de l'avion a tenté de faire ranger son téléphone portable à l'étudiante alors qu'elle se filmait...

Naomi Mackako

— 

Illustration d'un avion posé sur le tarmac.
Illustration d'un avion posé sur le tarmac. — MATHIEU PATTIER/SIPA

Une jeune Suédoise, passagère d’un avion à l’aéroport de Göteborg, a refusé de s’asseoir pour empêcher l’expulsion d’un demandeur d’asile afghan lundi dernier, rapporte The Guardian.

 

Une étudiante engagée

Elin Ersson est présentée comme étudiante à l’Université de Göteborg sur son compte Facebook où elle a posté une vidéo de son action de protestation. Mardi, la vidéo avait déjà été regardée plus d’un demi-million de fois. D’après la presse locale, la jeune femme a acheté un billet pour le vol reliant Göteborg à la Turquie après que d’autres militants et elle-même ont appris qu’un Afghan allait être expulsé.

La jeune femme s’est montrée déterminée face à l’hostilité de certains passagers impatients. « Je ne veux pas que la vie d’un homme soit gâchée simplement parce que vous ne voulez pas rater votre vol », dit-elle alors qu’elle filmait la scène. « Je ne m’assiérai pas tant que cette personne sera dans l’avion. » Un steward de la compagnie Swedavia l’a invitée à ranger son cellulaire mais là encore, Elin Ersson n’a pas cédé à la pression : « Je fais ce que je peux pour sauver la vie d’une personne. Tant qu’une personne est debout, le pilote ne peut pas décoller. Tout ce que je veux, c’est arrêter l’expulsion et je respecterai les règles [de l’appareil]. Tout est parfaitement légal et je n’ai commis aucun crime. »

 

« Il n’est pas correct d’envoyer des gens en enfer »

Une passagère mécontente d’être ainsi prise en otage a tenté de lui ravir son téléphone, la militante lui a dit : « Qu’est-ce qui est plus important, une vie ou votre temps ?… Je veux qu’il quitte l’avion parce qu’il ne sera pas en sécurité en Afghanistan. J’essaie de changer les règles de mon pays, je ne les aime pas. Il n’est pas correct d’envoyer des gens en enfer. » D’autres voyageurs, au contraire, ont suivi le mouvement et se sont levés à leur tour en solidarité. Les autorités n’ont pas souhaité faire usage de la force pour déloger la jeune femme de l’appareil dont le demandeur d’asile a finalement été débarqué sous les applaudissements des passagers.

L’acte d’Elin est une vive opposition au durcissement de la politique migratoire suédoise. La Suède a rendu beaucoup plus difficile son accès par les réfugiés et les dons d’asile ont fortement diminué. Cet hiver, après le meurtre de 22 personnes par des talibans dans un hôtel de Kaboul en janvier et une bombe qui a fait plus de 100 morts, la Suède avait brièvement suspendu les expulsions vers l’Afghanistan. L’homme sauvé par la jeune étudiante serait toujours détenu et son expulsion a été reportée.