Australie: Un coiffeur refuse de raser les cheveux de sa fille, elle porte plainte

JUSTICE Le coiffeur a justifié son refus par son manque de maîtrise de la coiffure féminine…

Naomi Mackako

— 

Un coiffeur coupant les cheveux d'une cliente. Image d'illustration.
Un coiffeur coupant les cheveux d'une cliente. Image d'illustration. — kaleido-dp

Après une bataille juridique de près d’un an, un coiffeur de Sydney en Australie peut tourner une page « perturbante » pour lui. Il a été accusé de discrimination sexiste en décembre dernier pour avoir refusé de couper les cheveux d’une jeune femme, rapporte news.com.au.

L’incident litigieux s’est produit quelque temps avant Noël. Une mère et sa fille sont entrées dans le salon de coiffure de Sam Rahim, Hunter Hill Barber. La mère a déclaré que le coiffeur a « simplement refusé de passer la tondeuse sur la nuque de [sa] fille », parce qu’elle est de sexe féminin. Elle a donc déposé une plainte pour discrimination sexiste auprès de la Commission des droits de l’homme et de l’égalité des chances. Le propriétaire du salon de coiffure aurait expliqué à la cliente qu’il ne maîtrisait pas les coupes de cheveux féminines et que c’était la raison pour laquelle il refusait.

Un malentendu et des compétences limitées

Sam Rahim a déclaré au média australien avoir « traversé une période extrêmement stressante » au cours de la bataille juridique de huit mois. Il aurait été si bouleversé qu’il aurait envisagé à plusieurs reprises de fermer définitivement son commerce. L’affaire médiatisée et fondée sur un « malentendu » d’après le coiffeur, a finalement été réglée à l’amiable bien avant le procès prévu au mois d’octobre prochain. Sam Rahim est bien content que cette histoire soit à présent terminée.

« Cette fille est la bienvenue dans mon salon de coiffure et je serais heureux de lui fournir le même service que je dispense aux autres clients, sans distinction de genre », a-t-il déclaré dans un post sur Facebook. Et de poursuivre : « les femmes sont les bienvenues ici mais je ne peux les coiffer que dans la limite de mes compétences ».

Un élan de solidarité

Sam Rahim affirme avoir suggéré à la mère de la jeune une autre adresse - située près de son salon - mais que celle-ci a refusé et l’a pris personnellement avant de décider de porter l’affaire en justice.

L'histoire de ce jeune coiffeur a touché le public australien. Dès que l’écho de cette affaire s’est fait, un compte GoFundMe a été ouvert pour l’aider à financer ses frais juridiques. Plus de 30.000 dollars ont été collectés. Le coiffeur a déclaré qu’une fois les honoraires payés, il fera don du reste de la somme. La plaignante n’a pas souhaité faire de commentaire.