Zimbabwe : Non, un révérend n'a pas été arrêté pour avoir vendu des tickets pour le paradis

ESCROQUERIE L’histoire voulait qu’un pasteur ait affirmé aux policiers s’être entretenu avec Jésus qui lui aurait dit que ses tickets ouvriraient aux fidèles les portes du paradis…

Naomi Mackako

— 

Une représentation du paradis. Illustration.
Une représentation du paradis. Illustration. — Dimitris Vetsikas

EDIT : Aucun révérend zimbabwéen n’a été arrêté pour vente de tickets pour le paradis. L’histoire relayée la semaine dernière par de nombreux médias dont 20 Minutes est en fait un reboot d’une fausse nouvelle datant de 2015. L’histoire racontait queTito et Amanda Watt, un couple originaire de la Floride aux Etats-Unis, vendait des billets d’or pour le jardin d’Eden. Le nom d’un des protagonistes fictifs a été repris pour la nouvelle version, rapporte Snopes : Tito Watts. De plus, la photo d’un véritable révérend sud-africain, révélé à travers un documentaire sur Netflix​, Paseka Motsoeneng aka prophète Mboro, a été utilisée à tort. Il s’agit d’un montage-photo réalisé en 2016 par des internautes pour se moquer du prophète. Il avait déclaré à ses fidèles au cours d’un sermon « [s]'être rendu au paradis et y avoir pris des photos à l’aide de son smartphone », rapporte la BBC.

Le pasteur Tito Wats a été arrêté par la police le 28 juin dernier pour crime financier. Le révérend zimbabwéen vendait aux fidèles de sa paroisse des tickets prétendument pour le paradis, rapporte Paris Match.

Et le billet d’entrée pour le jardin d’Eden à un prix : 500 dollars, rien que ça ! Un coût particulièrement élevé pour ce pays dont le revenu moyen par jour ne dépasse pas les deux dollars. Mais le montant du ticket d’or - le pasteur qui travaille avec sa femme dit qu’ils sont faits d’or pur - n’a pas découragé les milliers de fidèles qui ont mis la main à la poche pour obtenir le salut.

Un entretien direct avec Jésus

Alors qu’il était interrogé par la police, Tito Wats a confié se sentir « persécuté parce qu’il fait le travail de Dieu ». Il a affirmé aux policiers s’être entretenu avec Jésus lui-même qui lui aurait dit que ses tickets ouvriraient aux fidèles les portes du paradis.

En 2017, à Harare, un autre pasteur a fait parler de lui. Paul Sanyangore assurait ses offices au téléphone, en ligne directe avec « Papa God », qui lui transmettait « depuis le ciel » le message à donner aux paroissiens. Sur Facebook, le prêcheur avait affirmé avoir marché sur l’eau, comme Jésus, sauf qu’il s’agissait de l’eau de sa piscine.

>> A lire aussi : Allemagne: La Bavière impose le crucifix dans ses bâtiments publics

>> A lire aussi : Etats-Unis: Une église met Marie, Joseph et Jésus en cage pour protester contre la séparation des familles de migrants